fbpx
Campus
Partager sur

Université: un étudiant a tenté d’escroquer le Crous avec de faux diplômes

Université: un étudiant a tenté d'escroquer le Crous avec de faux diplômes

Dans le but de récupérer de l'argent, un étudiant a escroqué le Crous en demandant une bourse avec des documents falsifiés sur Photoshop.

C’est avec un simple logiciel de retouche photo que le jeune étudiant a bien failli réussir son coup. En même temps, on peut vraiment tout se permettre avec Photoshop… Mais cette fois, c’était pour la mauvaise cause. En effet, un étudiant de 23 ans a payé le prix de sa tentative d’escroquerie. Domicilié dans la commune de Champagne-au-Mont-d’Or, dans le Rhône, il a été interpellé par la police. La raison ? Il est soupçonné d’avoir volontairement falsifié des certificats de scolarité. Le but étant de décrocher une bourse de l’enseignement supérieur.

Une escroquerie du Crous d’un montant de 3 330 euros

Selon le journal Le Progrès, le montant du préjudice est évalué à 3 330 euros. Toujours selon le média, le jeune homme aurait même fabriqué des faux diplômes. Notamment en jouant « sur la proximité entre le nom de l’établissement privé qu’il fréquente, et celui d’un établissement dont les étudiants peuvent bénéficier d’une bourse du Crous ». Ce n’est d’ailleurs pas la première année que le jeune homme a effectué cette escroquerie. En effet, pour l’année 2016-2017 à l’université, le jeune homme avait réussi à décrocher une bourse de 555,10 euros par mois durant six mois. Au total, cela représente un préjudice s’élevant à 3 330 euros.

Ce qui a permis de découvrir le jeune étudiant ? C’est le Crous lui-même. En effet, les bourses sont soumises à certaines conditions et notamment l’assiduité. C’est donc en demandant les relevés de présence en cours de l’étudiant que le réseau d’aides aux étudiants a tout retrouvé. En effet, le jeune homme n’étant pas inscrit, il n’assistait donc pas aux cours. Il n’était même pas inscrits sur les listes de l’établissement.

Le jeune homme a reconnu les faits en garde à vue

Il a donc été convoqué au tribunal en mars prochain. Le jeune homme, qui est passé par une période de garde à vue après son arrestation, a reconnu les faits qui lui sont reprochés. Selon l’article 313-1, « l’escroquerie est le fait, soit par l’usage d’un faux nom ou d’une fausse qualité,(…), de tromper une personne physique ou morale. Et de la déterminer ainsi, à son préjudice ou au préjudice d’un tiers, à remettre des fonds, des valeurs ou un bien quelconque ».