fbpx
Campus
Partager sur

Université: un diplôme de défense des animaux à la faculté de Limoges

Université: un diplôme de défense des animaux à la faculté de Brive

L'université de Limoges lance un cursus en droit animalier. Une thématique encore trop peu abordée en France, mais qui se développe dans d'autres pays.

Ne vous attendez pas à voir des étudiants se promener dans les champs pour aller à la rencontre de la nature. Ce n’est qu’un simple cours de Droit à l’université comme les autres. Mais celui-ci a une particularité, celui de se centrer sur la défense des animaux. Jean-Pierre Marguénaud, professeur de droit privé et cocréateur du diplôme explique au Monde.fr que « depuis la loi du 16 février 2015, les animaux sont considérés comme des êtres vivants doués de sensibilité dans le code civil, et sont extraits de la catégorie des biens ». Du coup, les animaux ont des droits à faire valoir. Et pour cela, l’université de Brive (antenne de l’université de Limoges) a lancé un diplôme universitaire en droit animalier de France. Pour le moment, 29 étudiants se sont inscrits dans ce cursus qui sera complété avec 54 heures de cours.

L’université française en retard sur la question

Un apprentissage qui s’avère d’ailleurs très complexe. Mme Boisseau-Sowinski, maîtresse de conférences en droit privé, explique au Monde.fr que « le droit animalier est difficile à appréhender, dans la mesure où il touche à de nombreuses branches, qu’il s’agisse des droits civil, pénal, rural, environnemental, européen ou encore aux règles de bien-être ». Malgré tout ce n’est pas une première. En France, l’Université de Strasbourg dispense ce type de cours depuis près d’un an. Aux Etats-Unis, les trois-quarts des établissements universitaires se sont aussi penchés sur la question. L’université de l’Oregon dispose même d’un master spécialisé dans ce cursus.

Un cursus qui rassemble tous les horizons professionnels

Pour pouvoir intégrer le cursus, l’université de Limoges facture entre 250 et 1 050 euros le diplôme. Cela dépend surtout du profil de l’étudiants. Mais les créateurs du diplôme ont de l’espoir. Ils souhaitent ainsi créer des liens entre les écoles vétérinaires et ceux de la magistrature dès la rentrée prochaine selon la journaliste du Monde. Les 29 étudiants ayant intégré le cursus sont âgés entre 21 et 61 ans. Ils viennent de 17 départements différents et sont issus de différents corps de métier. Il siège donc des avocats, une magistrate, un professeur de philosophie aux côtés d’étudiants en sciences politiques, en droit… Leur objectif étant de permettre un meilleur traitement juridique envers les violences animales.