fbpx
Campus
Partager sur

Université: 41% d’une génération est diplômée dans l’enseignement supérieur

Université: 41% d’une génération est diplômée dans l’enseignement supérieur
Partager
Partager sur Facebook

Les chiffres de l'OCDE sur les dynamiques en cours au niveau international dans le domaine de l’enseignement supérieur sont tombés. La France redresse la barre, mais plusieurs points doivent être améliorés.

Le secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche a publié dans un communiqué les chiffres de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Economiques) sur les dynamiques en cours au niveau international dans le domaine de l’enseignement supérieur. Autrement dit, les chiffres du nombre de diplômés du niveau universitaire ont été dévoilé. Annonçant que « l’enseignement supérieur est un investissement bien plus qu’une dépense. Le bénéfice n’est pas seulement pour le diplômé lui-même, mais bien pour la société », le secrétaire d’Etat à l’enseignement supérieur et à la recherche, Thierry Mandon, explique que « la valeur créée par un diplômé de l’enseignement supérieur pour le pays est d’environ 100 000 dollars et est donc supérieure aux coûts engagés ».

Des chiffres en augmentation, mais pas encore satisfaisant dans l’enseignement supérieur

Selon les chiffres fournis par l’OCDE, le nombre de diplômés chez les 25-34 ans est en progression constante: « nous sommes ainsi passés de 37 % à 41 % entre 2010 et 2014. En France toutefois, l’effort d’élévation du niveau de qualification a fortement ralenti, avant de reprendre depuis 2012 : entre 2010 et 2014 la proportion de diplômés du supérieur est passée de 43 % à 44 % seulement », explique le cabinet de Thierry Mandon dans son communiqué, qui insiste sur le nouvel objectif du gouvernement dans ce domaine en annonçant « avoir d’ici 10 ans 60 % d’une classe d’âge diplômée de l’enseignement supérieur. Cet objectif doit se concevoir dans le cadre d’un renforcement de l’orientation, afin que les étudiants accèdent à des parcours de formation adaptés à leur potentiel de réussite, et soient incités à aller dans les filières pour lesquels les besoins sont les plus importants ».

Les critères sociaux des bourse d’études ont augmenté de 400 millions d’euros

Mais même si les chiffres sont en progression, dans le domaine de la formation professionnelle, il reste cependant inférieur à la moyenne prônée par l’OCDE: « 51% des 25-64 ans ayant un diplôme du supérieur ont participé à des activités de formation continue en France, contre 62% au niveau de l’OCDE », explique le communiqué de Thierry Mandon. Afin d’améliorer l’accessibilité à l’enseignement supérieur, le cabinet du secrétaire d’Etat rappelle que le « budget des bourses sur critères sociaux (400 millions d’euros mobilisés depuis 2012) et maintenu une politique de droits d’inscription limités, à l’université ».