fbpx
Campus
Partager sur

Sexisme: une étudiante utilise Wikipédia pour lutter contre la discrimination

Sexisme: une étudiante utilise Wikipédia pour lutter contre la discrimination
Partager
Partager sur Facebook

Une étudiante américaine a trouvé une façon originale de combattre le sexisme. La jeune femme utilise l'encyclopédie numérique, Wikipédia.

Une étudiante américaine a inventé une façon de lutter contre le sexisme: elle crée une page Wikipédia sur une femme scientifique « oubliée » par l’encyclopédie libre à chaque fois qu’elle reçoit un message qu’elle considère comme sexiste. Emily Temple-Wood est étudiante en biologie moléculaire à l’université Loyola de Chicago. Chercheuse dans un laboratoire de biologie du développement, la jeune femme a décidé de créer et gérer des pages Wikipedia sous le surnom « Keilana ».

Informer sur Wikipédia pour combattre le sexisme ?

Emily Temple-Wood a fondé le WikiProject collaboratif « Women Scientists » il y a 4 ans, dans le but de combattre la sous-représentation des femmes scientifiques sur Wikipedia. Elle n’est donc plus la seule a participer à ce projet. Cette iniative provient d’un ras-le-bol personnel. Depuis un certain temps, la chercheuse est victime de harcèlement sur internet. Elle reçoit régulièrement des critiques sur son physique et est accusée d’avoir profité de faveurs sexuelles. Elle a donc décidé d’utiliser l’encyclopédie en ligne: pour chaque message sexiste reçu, elle ou un contributeur crée une page Wikipedia pour une femme scientifique encore méconnue.

Un projet qui a pris beaucoup d’ampleur depuis sa création

Emily Temple-Wood s’est confiée sur la genèse du projet, « un nombre substantiel de membres féminins de la prestigieuse Royal Society, une sorte de Who’s Who dans le monde de la science, n’avaient pas de pages à leur nom. Je me suis énervée et je me suis littéralement assise dans le couloir du dortoir jusqu’à 2 heures du matin pour écrire d’un trait mon premier article sur une femme scientifique. » Le projet de Emily Temple-Wood s’est largement développé à ce jour. Près de 80 auteurs contribuent désormais, pour 400 articles déjà sortis. Un succès pour la jeune femme qui veut s’imposer dans la recherche scientifique et devenir une grande chercheuse. Un domaine, encore très « masculin », dans lequel elle veut faire évoluer les mentalités.