fbpx
Campus
Partager sur

Sciences Po Paris: une étudiante renvoyée après des propos antisémites violents

Sciences Po Paris: une étudiante renvoyée après des propos antisémites violents

Une étudiante de Sciens Po a été renvoyée par l'institution après la découverte de propos antisémites violents sur sa page Facebook personnelle.

Amira Jumaa aura marqué l’histoire de Sciences Po Paris pour une bien mauvaise raison. La jeune fille a été la première à être exclue de l’université après qu’elle ait tenu des propos antisémites violents lors d’un stage à l’ambassade de France à New York. Celle-ci avait déjà était licencié de l’institution après que l’ambassade ait découvert ses propos sur Facebook. Amira Jumma avait déclaré: « Vous les Juifs devez apprendre ces leçons. Vous n’avez pas d’endroit où vivre dans ce monde – c’est pourquoi vous êtes du rebut et des rats, et vous êtes discriminés où que vous soyez. Ne blâmez pas les pauvres Palestiniens. Je suis du Koweït donc mon pays peut vous acheter vous et vos parents et vous mettre dans des fours ». Des propos intolérables d’une personne engagée dans des études politiques.

Des propos antisémites qui lui font perdre son stage et ses études

Ces propos antisémites avaient été dévoilés par le site internet américain TheInglouriousBasterds, qui avait amené à son licenciement de l’ambassade. Le ministère des Affaires Etrangères avait d’ailleurs communiqué sur le scandale en déclarant: « Le ministère des Affaires Etrangères et du développement international a appris avec consternation les propos antisémites tenus, sur sa page Facebook personnelle, par une étudiante effectuant un stage au sein des services culturels de l’ambassade de France aux Etats-Unis. Il a immédiatement été mis fin à son stage ». Une décision qu’a décidé de prendre aussi Sciences Po Paris qui a mis en avant son règlement intérieur en expliquant que « ces propos doivent être regardés comme présentant un caractère délibéré, directement contraires aux valeurs et aux missions de l’Institut d’études politiques de Paris. Ils sont définitivement inacceptables ».

Minsitère des affaires étrangères

Un soutien par pétition à Amira Jumaa

Pour répondre à la polémique, l’administration de l’école déclare que « c’est la première fois qu’une section disciplinaire conduit à une exclusion, à la connaissance de Sciences Po ». Mais l’étudiante semble pourtant avoir quelques soutiens. En effet, une pétition sur internet avait été lancée pour un « plaidoyer pour Amira Jumaa ». L’auteur, contacté par les journalistes du Figaro, affirme être entré en contact avec la jeune fille et son interlocuteur sur Facebook. Celle-ci affirme s’être excusée pour ses propos antisémites, mais cela ne semble pas avoir un grand intérêt face à la violence de ses déclarations antisémites.