fbpx
Campus
Partager sur

Sciences Po: les étudiants revivent après la démission de Frédéric Mion !

Sciences Po: les étudiants revivent après la démission de Frédéric Mion !

Les étudiants de Sciences Po se disent « soulagés » de la démission du président Frédéric Mion suite à l’affaire Olivier Duhamel

Existait-il une autre solution ? Pas vraiment. En effet, Frédéric Mion ne pouvait que s’en aller de son poste de directeur de Sciences Po. Cela faisant suite aux révélations de Camille Kouchner à l’égard d’Olivier Duhamel. La fille de l’ancien ministre, accusant son beau-père d’inceste sur son frère jumeau.

Frédéric Mion savait et n’a rien dit. C’est pourquoi, les étudiants attendaient le départ de leur directeur depuis le mois de janvier. Chose qui vient enfin de se faire comme le note Le Figaro. Cette situation soulage de nombreux étudiants, mais aussi le corps enseignant et associatif de l’université.

En effet, Quentin Coton, responsable de l’UNI faisait par exemple savoir: « C’était inéluctable. Il a rompu la confiance avec ses étudiants. Il savait et a menti. Cette histoire a cassé l’image de l’institution, les étudiants se sentent trahis ».

Thomas Le Corre, président de l’Unef Sciences Po, tient le même discours et rejoint son collègue: « Il a menti à plusieurs reprises… À tout le monde ! À cause de lui, toute la communauté subit des attaques de toute part. »

Mais ce serait au final un article de Marianne qui aurait précipité le départ de Frédéric Mion. C’est en tout cas ce qu’assure Raphaël Zaouati, président de Nova Sciences Po. Celui-ci faisant savoir:

 « Son départ était inévitable. L’article de Marianne a sans doute précipité sa démission et nous nous y attendions. Il avait essayé de restaurer la confiance des étudiants. Avec un groupe de travail sur les violences sexuelles cette semaine. En vain ».

Sciences Po: les étudiants revivent après la démission de Frédéric Mion !
Sciences Po: les étudiants revivent après la démission de Frédéric Mion !

Frédéric Mion s’en va de Sciences Po

Si le corps enseignant et associatif se dit soulagé mais ne saute pas de joie non plus, cela n’est pas le cas des étudiants. Ces derniers se montrent très heureux de ce départ. Ils n’ont d’ailleurs pas hésité à le faire savoir.

Mariana, présidente du conseil de la vie étudiante à Sciences Po explique par exemple: « Depuis le début de l’affaire, nous avons souhaité qu’il parte. Les étudiants admiraient son exemplarité. Nous sommes tombés de très haut. »

Avant d’ajouter: « Cela fait trois fois que la presse dément ce qu’il affirme. On lit les articles les uns après les autres. Et à chaque fois, nous nous demandons ce que nous allons encore apprendre. En partant, il a agi avec responsabilité. »

Au final, c’est donc un « beau » geste que vient de faire Frédéric Mion en quittant son poste. Cela permettant aux élèves d’avoir « l’esprit plus léger » comme le sous-entend Jeanne, une étudiante en première année de master:

 « Mieux vaut qu’il parte. L’ambiance était tendue à l’école. Cette histoire offre une mauvaise réputation à Sciences Po… Au travers de ce qui se dit dans la presse en France et à l’étranger. Mieux vaut tourner la page ».

Reste donc à savoir si la « vie » va reprendre son cours à l’université ou si cette histoire va hanter les esprits de nombreux étudiants pendant encore longtemps.