fbpx
Campus
Partager sur

Racisme: la professeure ayant tenu des propos antisémistes et complotistes devant la justice

Racisme: la professeure ayant tenu des propos antisémistes et complotistes devant la justice

La professeure d'anglais du lycée Janson de Sailly qui avait tenu des propos antisémites et négationnistes va être déférée devant la justice.

C’est le Canard Enchainé qui avait dévoilé cette information le 27 juillet dernier. Une professeure du lycée Janson de Sailly du 16ème arrondissement de Paris avait été épinglée sur Facebook par des anciens élèves pour avoir tenu des propos antisémites et complotistes. Mais le 4 septembre dernier, au micro de Radio J, la ministre de l’Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem a annoncé: « à ma demande, le recteur de Paris a saisi le procureur de la République de Paris sur le fondement de l’article 40 du code de procédure pénale, il y a quelques jours ». Pour elle, ce type de déclarations venant de la part d’une professeure est inadmissible, cette demande de saisi face à la justice a pour but de prouver une certaine fermeté par rapport à ces dérives: « c’est une façon aussi de dire la gravité des faits et de les dénoncer à la justice », a ajouté Najat Vallaud-Belkacem.

Des propos négationnistes scandaleux dans la bouche d’une professeure

Dans son édition du 27 juillet, le Canard Enchainé avait rapporté les propos de la professeure d’anglais d’une classe préparatoire littéraire au lycée Jean-de-Sailly, dans le 16e arrondissement de Paris. Les propos, qui avaient des dérives antisémites, négationnistes et complotistes, avaient été enregistrés sur son compte Facebook. S’ils avaient pu être dévoilés, c’est que la professeure avait pour habitude d’ajouter en ami ses anciens anciens élèves inscrits sur le réseau social. Dans ces posts, elle avait par exemple déclaré que les Juifs étaient les organisateurs de la Shoah. Elle avait aussi déclaré que le tueur au scooter, Mohamed Merah, n’avait jamais tué personne. Elle avait expliqué ses propos en déclarant que le terroriste n’était qu’un « kéké de banlieue repéré et manipulé par les services secrets à des fins politiques ».

Le lycée n’était pas au courant des déclarations de la professeure

Sur Radio J, Najat Vallaud-Belkacem n’a pas supporté ces déclarations expliquant que « c’est évidemment insupportable, inacceptable, inadmissible qu’une enseignante puisse tenir ce type de propos, c’est la raison pour laquelle une procédure a été engagée à son encontre ». La procédure devrait durer plusieurs mois et en attendant, la professeure a été suspendue et risquerait la révocation. Dans un communiqué de presse, le proviseur du lycée a assuré que de tels propos était inacceptable et qu’ils « ont profondément choqué l’ensemble de la communauté jansonienne et ont porté atteinte à l’honneur et à la dignité de tous les personnels de notre cité scolaire ». Il a aussi affirmé que personne au sein de la direction n’était au courant des déclarations antisémites, négationnistes et complotistes de la professeure d’anglais. Ce dernier a été soutenu par Najat Vallaud-Belkacem qui parlait de lui comme un homme meurtri.