fbpx
Campus
Partager sur

Québec: un professeur répond d’une manière incroyable à des menaces à la bombe

Québec: un professeur répond d’une manière incroyable à des menaces à la bombe

Alors que plusieurs écoles du Canada ont reçu des menaces à la bombe dans un mail. Un professeur a décidé d'humilier les auteurs en corrigeant leurs fautes d'orthographe.

Alors que des écoles étaient la cible de menaces à la bombe par mail, un professeur a eu la meilleure des réponses en déclarant: « Au lieu de faire exploser les écoles, allez y faire un tour, c’est très instructif… ». Etienne Forest, un professeur d’informatique dans un collège du Québec a répondu intelligemment à un mail qui menaçait plusieurs écoles de la région d’attaques à la bombe. Le message qui avait été signé par le « collectif du Spectre rouge » avait causé l’évacuation de plus d’une soixantaine d’établissements mardi 3 novembre dernier. Mais le professeur a décidé de dédramatiser la situation en corrigeant les nombreuses fautes d’orthographe du mail.

Au lieu de faire exploser les écoles, allez y faire un tour, c'est très instructif…

Posté par Etienne Forest sur mardi 3 novembre 2015

Des menaces qui inquiètent les autorités canadiennes

Dans ce mail, il était expliqué que le collectif était très mécontent des agissements des syndicats des professeurs canadiens, et annonçait le lancement d’une campagne de « Quatre Jours de Mort ». Au sein du mail, le groupe expliquait avoir caché quatre bombes dans plusieurs établissements, notamment des collèges, écoles primaires et secondaires du Canada. Face à cette menace, près de 68 écoles avaient été évacuées pour sécuriser la vie des élèves. Mais après inspections, aucun établissement ne cachait d’engin explosif, comme le confirme le journal canadien La Presse. Enervé, le professeur a décidé de répondre à ces menaces avec un certains panache qui est devenu viral sur les réseaux sociaux.

La réponse du professeur ne fait pas rire tout le monde

Scrutant le mail, il a ensuite corrigé toutes les fautes d’orthographe, de grammaires et de syntaxe que comportait le texte menaçant. Malgré tout, même si une bonne partie des internautes ont ri de la situation, certains accusent le professeurs de prendre ce type de menaces à la légère, ce qui met en danger les élèves et les établissements par manque de crédibilité de la menace. Pour le moment, une enquête a été ouverte au Canada afin de découvrir le ou les auteurs de ces menaces. Dans les colonnes du journal La Presse, les autorités locales ont affirmé qu’il était « trop tôt pour déterminer combien de personnes se trouvaient derrière le ou les claviers qui ont servi à envoyer ces courriel », mais indiquent qu’il pourrait tout aussi bien s’agir d’un élève.