fbpx
Campus
Partager sur

Parcoursup: les gros points faibles de la plateforme d’admission post-bac !

Parcoursup: les gros points faibles de la plateforme d’admission post-bac !

Malgré quelques améliorations, la plateforme d'orientation post-bac Parcoursup a encore de nombreux points faibles selon le CESP.

Successeur de la plateforme d’admission post-bac APB, Parcoursup est encore très critiquée par les élèves. Mais aussi par le Comité Éthique et Scientifique. Selon ce dernier, il y a encore de nombreuses améliorations à apporter. MCE TV vous dit tout de A à Z !

En plus du Bac, les lycéens de terminale doivent chaque année se concentrer sur leur cursus post-bac. Et ce n’est pas toujours une mince affaire…

Choisir un cursus apparaît alors comme décisif pour la suite de son parcours. Mais la plateforme mise en place à cet effet présente quelques défauts…

Comme vous le savez sans doute, il s’agit donc de Parcoursup. Cette dernière existe depuis 3 ans maintenant. Elle succède ainsi à APB. Que de souvenirs pour les anciens élèves !

Mardi 16 février, le CES de la plateforme d’admission post-bac a alors publié son rapport annuel dans lequel il énumère ses points faibles.

Ce dernier recense donc quatre gros problèmes. Oui, vous avez bel et bien entendu. Ça fait beaucoup ! Il faut donc absolument les régler avant l’année prochaine.

Parcoursup semble bien plus adaptée qu’APB, mais est encore à perfectionner. Cette année, les étudiants n’ont pas le temps de respirer !

MCE TV vous en dit plus…

Parcoursup: les gros points faibles de la plateforme d’admission post-bac !

Parcoursup: la plateforme post-bac dans le viseur du CESP !

Le Comité Éthique et Scientifique de Parcoursup pointe tout d’abord du doigt « une procédure trop longue« . « Nous pensons que la procédure est trop longue » explique ce dernier dans le rapport annuel.

En effet, la phase d’affectation dure près de 8 mois en tout. Oui, vous avez bel et bien entendu. C’est long… Vraiment très long !

« Les bacheliers attendent parfois plus de deux mois avant de recevoir une 1ère proposition, ce qui crée de l’angoisseajoute Catherine Moisan. Et cela provoque des abandons par lassitude. »

Deuxième point : l’offre de formations ne correspond pas vraiment à la demande… « Le nombre de candidats n’ayant reçu que des réponses négatives est passé de 12 000 à 17 600 en 2020, affirme la présidente du comité. Par ailleurs, 41 000 bacheliers n’ont reçu aucune proposition à l’issue de la procédure. »

Mais ce n’est pas tout ! Toujours selon Isabelle Falque Pierrotin, « 78 000 bacheliers quittent la plateforme alors qu’ils ont eu une proposition. Ces chiffres sont des indicateurs d’alerte ».

Le 3ᵉ point concerne les inégalités de territoire. Catherine Moisan explique qu’il « y a une inadéquation entre l’offre et la demande de formation pour certains jeunes franciliens ».

Enfin, le rapport du Comite Éthique et Scientifique de Parcoursup souligne un manque de considération pour les étudiants en réorientation. Ces derniers ne sont que très peu suivis.

De leur côté, les futurs étudiants pointent du doigt un manque certain de clarté. Ils réclament ainsi de connaître à l’avance les critères de sélection.

À quoi peut-on s’attendre pour la suite ? Affaire à suivre…