Campus
Partager sur

Parcoursup: Les effectifs de classes prépa remplis à seulement 50% !

Parcoursup Les effectifs de classes prépa remplis à seulement 50% grande
Partage
Partager sur Facebook

A cause du système de voeux de Parcoursup, les inscriptions en classes préparatoires peinent à atteindre leur niveau des années précédentes !

A cause du système de voeux de Parcoursup, les inscriptions en classes préparatoires peinent à atteindre leur niveau des années précédentes !

Parcoursup : les classes prépa seulement à moitié remplies !

Les classes préparatoires aux grandes écoles peinent à remplir leurs effectifs avant les grandes vacances. Elles n’ont donc aucunes certitudes à ce niveau, à cause du nouveau système Parcoursup. « C’est un peu comme un embouteillage où tout le monde bloque tout le monde », affirme un chef d’établissement à Europe 1.

Il y a ainsi des élèves qui mettent leur vœu en attente, en attendant une possible admission dans un autre établissement. Et ceux qui déjà admis mais qui n’ont pas changé leurs vœux. Et cela bloque donc des milliers de places qui pourraient être vacantes !

Mais cela chamboule toute la préparation des établissements : « la préparation de la rentrée va se faire différemment des années précédentes », explique Pascal Charpentier, le proviseur du lycée du Parc à Lyon. « Si on prend le cas des classes préparatoires, qui avaient l’habitude d’envoyer la liste des ouvrages à lire pendant l’été, rien n’empêche d’écrire aux candidats qui ont dit qu’ils viendraient peut-être pour leur donner les informations ».

Il y a donc plusieurs risques pour la rentrée. Des effectifs pas remplis par exemple. Ou aussi une rentrée retardée ! Pour l’instant, 50% des inscriptions ont été confirmées, contre 90% les années précédentes.

Nantes: Un professeur écarté de l’université car il soutenait les étudiants contre Parcoursup

À Nantes, les étudiants se rassemblaient pour lutter contre Parcoursup. Pourtant, un professeur venu soutenir l’action étudiante est écarté.

Alors que des étudiants participaient à un mouvement contre Parcoursup à Nantes, un professeur de sociologie se trouvait au milieu des participants.

En effet, si le professeur semblait soutenir les élèves, il ne se trouve pas du côté de l’université. En effet, l’université l’écarte pour son comportement. Pourtant, le professeur nie évidemment la violence dont il est accusé. De plus, la fac trouverait choquant le fait qu’il ait été « du côté des étudiants. »