fbpx
Campus
Partager sur

Parcoursup: comment rédiger une lettre de motivation en béton ?

Une conseillère au (CIDJ) à Paris vient de donner des conseils pour écrire une lettre de motivation en béton pour Parcoursup

Depuis plusieurs jours, les lycéens peuvent faire leurs voeux d’entrée pour Parcoursup. Mais pour cela, vous devez rédiger une lettre de motivation, parfois très redoutée. Mais Valérie Deflandre, conseillère au CIDJ à Paris, vient de donner quelques conseils.

QUELQUES CONSEILS POUR AIDER LES PLUS PERDUS

Qui n’a jamais eu besoin de conseils  pour faire une lettre de motivation ? Personne. Cela peut encore arriver, même en étant adulte. En effet, nous nous demandons toujours quels sont les éléments essentiels à mettre à l’intérieur. Si nous devons faire une longue lettre ou non. Comme nous vous le faisions savoir, une conseillère vient de donner quelques éléments de réponse pour ceux qui visent Parcoursup.

En premier lieu, Valérie Deflandre fait donc savoir que tous ceux qui visent Parcoursup doivent se renseigner sur les formations:  « Il faut noter ses spécificités. Et montrer dans sa lettre en quoi elles nous correspondent. » En évitant, bien sûr, le copier-coller. Elle explique aussi que la lettre doit contenir « 1500 caractères au max ». Celle-ci devant être écrite telle un « devoir ». Avec des paragraphes qui traitent une idée. Ajoutant aussi: « Au lieu d’écrire qu’on a « envie » de faire un BTS Tech de Co, on fera savoir quelles matières nous plaisent. Ou alors, pourquoi un encadrement plus serré qu’à la fac nous convient. »

Pas faire de fautes dans sa lettre de motivation pour viser Parcoursup

Dans la suite de ses conseils donnés au Parisien Étudiant, elle fait aussi savoir qu’il ne faut pas mentir. Cela, pour une raison très simple: « il faut avoir en tête qu’on doit pouvoir tout justifier. » Ceux qui visent Parcoursup vont aussi devoir se montrer poli au début de leur lettre: « on commence par « Madame, monsieur » plutôt que « Bonjour ». » Eh finir par une formule de politesse.

Enfin, pour finir, certains vont devoir faire « gaffe » ce qu’ils écrivent. Une seule faute pourrait mettre en péril leur travail: « On passera le texte à un correcteur. Mais il faut aussi le faire relire. Par exemple, par un membre de sa famille. »