fbpx
Campus
Partager sur

Parcoursup: 15 % des lycéens ont déjà validé une proposition d’orientation !

Parcoursup: 15 % des lycéens ont déjà validé une proposition d'orientation
Partager sur Facebook

Alors que les certains s'inquiètent quant à leur choix d'orientation, 15% des lycéens ont déjà répondu à l'un de leurs vœux sur Parcoursup.

Ce mardi 19 mai marquait alors le premier tour des réponses sur Parcoursup. Une étape décisive pour les lycéens qui souhaitent poursuivre leurs études à la fac. 15% d’entre eux auraient déjà validé leurs choix. MCE TV vous dit tout de A à Z.

Alors que Parcoursup a donné ses premières réponses de voeux, on peut dire que les inquiétudes ont été nombreuses. Pourtant, 15% des lycéens ont déjà validé l’un de leurs vœux sur la plateforme.

Des chiffres plutôt satisfaisants pour la ministre Frédérique Vidal. « Plus de 1,5 million de propositions ont été faites à plus de 453 000 candidats », a-t-elle dit.

« Et déjà plus de 71 000 ont accepté une première proposition », se félicite-t-elle. Pour elle, malgré le Covid-19, tout se passe pour le mieux.

Il s’agit donc bien entendu des premiers choix d’orientation proposées par Parcoursup. Rien ne les pousse bien sûr à donner une réponse définitive, en l’absence d’autres réponses.

Pourtant, on ne peut pas dire que cette année, les admissions post-bac soient une mince affaire. Entre le Covid-19  et le contrôle continu, bon nombre s’inquiétait de l’avenir des lycéens…

Parcoursup: 15 % des lycéens ont déjà validé une proposition !

Parcoursup: 15 % des lycéens ont déjà validé une proposition !

Parcoursup: des chiffres « satisfaisants », malgré le contrôle continu tant redouté

Cette année, il y aurait « 20 000 bacheliers de plus que l’an dernier », inscrits sur Parcoursup. « Nous avons aussi cette année 16 000 formations sur la plateforme ».

Eh oui, en plus de celles déjà en ligne, Parcoursup a ajouté un petit nombre de formations en plus. La raison ? « Toutes les formations reconnues par l’État ont rejoint la plateforme », indique la ministre de l’enseignement supérieur.

C’est donc une plutôt bonne nouvelle en somme. Par ailleurs, Mme Vidal a aussi évoqué la rentrée prochaine.

D’après ses dires, « la date de rentrée ne sera pas modifiée ». Tout se fera donc « au moins de septembre […] si les conditions sanitaires le permettent », nuance-t-elle.

« Pour éviter les amphis bondés », les profs pourront bien entendu proposer des cours en ligne. Quant aux TD, ils auront bien cours, pour « renouer le lien direct » entre profs et étudiant.