fbpx
Campus
Partager sur

Master: la sélection à l’université refait débat après une décision de justice

Master: la sélection à l'université refait débat après une décision de justice

La sélection en Master vient encore une fois d'être relancé dans un débat après une décision de justice. En effet, le décret étant considéré comme "une décision litigieuse".

Un décret publié le 24 mai dernier pour la sélection des étudiants en première année Master avait été publié par le gouvernement mais celui-ci semble ne pas régler tous les problèmes alors qu’il était censé réglementer juridiquement la rentrée universitaire 2016. En effet, un étudiant qui avait vu son inscription refusée en Master 2 vient d’obtenir gain de cause devant la cours de justice de Bordeaux et aura la possibilité de s’inscrire en seconde année. Le texte de ce décret autorisait 1 306 mentions de master à sélectionner ses étudiants pour les années de Master 2 même en cas de validation de la première année. Le nombre de ces filières représente chaque année 42% des diplômés. Les masters qui ne sont pas présent dans la liste (1 306 formations) n’avaient cependant pas le droit de refuser les étudiants souhaitant poursuivre leurs études.

Le décret du gouvernement n’est pas fixé selon la justice

Mais le problème vient du fait que certains Masters qui n’ont pas le droit de sélectionner leurs étudiants n’ont pas respecter ce décret gouvernemental. Mercredi 17 août, c’est l’agence spécialisée AEF qui révèle l’affaire, expliquant que le tribunal administratif de Bordeaux a rendu une ordonnance obligeant l’université de Bordeaux d’inscrire en seconde année un étudiant en finance qui a validé son année de M1 dans la mention « ingénierie financière et opérations de haut de bilan ». Le tribunal a ainsi noté que le master du jeune homme ne fait pas parti de ceux indexé sur la liste par le décret: « le master auquel monsieur C. postule ne figure pas sur [la] liste annexée au décret n° 2016-672 du 25 mai 2016 relatif au diplôme national de master », détaille le compte-rendu. Selon Le Monde, le jugement publié par l’AEF précise tout de même que cette décision est provisoire « jusqu’à ce qu’il soit statué au fond sur la légalité de la décision litigieuse ».

Un problème d’appellation du Master ?

Pour le moment donc pas de problème, le décret respectant la liste des masters sélectifs ou non… Le problème c’est que cette qualification de décision à titre provisoire présente le décret comme une chose non-validée et non fixe qui peut être modifiée avant la rentrée 2016. Pour pallier ce problème, une concertation lancée récemment a pour but de réorganiser le cycle master et doit donner des résultats à la fin de l’été. Autrement dit, c’est cette concertation qui statuera sur le cycle du master, qui comprend depuis 2002 un ensemble de quatre semestres. Sì la modification du système universitaire en trois cycles (Licence, Master et Doctorat) en 2002 avait vu mourir le diplôme Bac+4, il continue d’exister administrativement dans les universités sous l’appellation M1, ce qui pousse les établissements à procéder à une sélection pour la seconde année de Master, ce que conçoivent pas certains étudiants.