fbpx
Campus
Partager sur

Lycées: un proviseur réclame plus de policiers devant les établissements

Lycées: un proviseur réclame plus de policiers devant les établissements

Au lendemain de l’agression d’un lycéen à Paris, les proviseurs d’établissement tirent la sonnette d’alarme et réclament plus de sécurité.

Les proviseurs des lycées français sont inquiets. Quelques jours après l’agression mortelle d’un lycéen à Paris, certains réclament plus de sécurité aux abords des établissements.

Les accidents se multiplient devant les lycées

Devant les lycées, la sécurité laisse à désirer. C’est le message inquiet que lancent les proviseurs, représentés sur RMC par Philippe Tournier, secrétaire général du premier syndicat des proviseurs de France.

Philippe Tournier est également proviseur du lycée Victor Duruy, à Paris. Selon lui les agressions devant les lycées ne datent pas d’aujourd’hui. Il regrette néanmoins que les médias attendent qu’un drame se produisent avant de réagir.

« Ce sont des lieux où se produisent un bon nombre d’accidents graves. »

En effet, depuis le début de la semaine, l’actualité vit au rythme des arrestations dans l’affaire de l’agression d’un lycéen. Lundi, un garçon de 17 ans a été tué à coups de couteaux à quelques mètre seulement de son lycée.

Selon Philippe Tournier, ce drame aurait pu être éviter si les autorités se décidaient à placer de la sécurité aux alentours des établissements scolaires. Aujourd’hui, ce sont les professeurs qui doivent parfois intervenir pour séparer des groupes de jeunes gens qui se bagarrent.

Des prérogatives qui vont au-delà de leur simple devoir d’enseignement.

« J’ai déjà été moi-même confronté à des altercations entre des bandes, des groupes d’amis. Ils s’affrontent généralement à cause d’histoires de cœur ou de rivalités de quartier. »

La menace terroriste pèse sur les directeurs

Philippe Tournier déplore également qu’avec la menace terroriste, on ne pense pas à surveiller les établissements scolaires. Il revient notamment sur la décision du pouvoir public d’interdire aux lycéens de sortir fumer pendant les pauses.

Pourtant, fumer dans un espace public comme un lycée est strictement interdit par la loi. Beaucoup de proviseurs ont donc été dans l’embarras.

Ils ont dû interdire aux élèves de sortir des établissements pour fumer. Mais d’un autre côté les espace fumeurs mis en place ont été critiqué par des parents d’élèves.

Aujourd’hui, la situation est revenue à la normale. Les lycéens sont de nouveaux autorisés à sortir devant les établissements pour fumer. Mais là encore, le manque de sécurité est flagrant. Philippe Tournier évoque encore une fois la menace terroriste. D’après lui, un groupement de lycéens à l’heure de la pause est une cible facile.

« Tout le monde peut constater qu’il y a une prise de risque extraordinaire sans que ça ait l’air de beaucoup inquiéter. »