fbpx
Campus
Partager sur

Lycées: des établissements bloqués à Rennes pour lutter contre des « expulsions inhumaines » !

Lycées: des établissements bloqués à Rennes pour lutter contre des
Partager
Partager sur Facebook

Ce jeudi 14 novembre, des lycées ont été bloqué à Rennes suite à des expulsions jugées "inhumaines" de familles géorgiennes.

Des étudiants ont organisé un blocus devant des lycées dans la ville de Rennes. Selon Ouest France, les élèves ont fait part de leur colère suite à des expulsions. MCE TV vous explique tout !

Les lycéens de Rennes ont bien fait entendre leurs voix ! Ce jeudi d’après Ouest France, certains lycées de la ville se sont vus bloqués par de jeunes manifestants. Très tôt ce matin, des bennes et des caddies de superettes faisaient alors bloc devant les lycées de Rennes ! La raison ? Les élèves ont donc fait part de leur colère pour soutenir des familles non régularisées. Il s’agit de Giorgi et Alex. Tous deux ont d’ailleurs quitté la ville et la France suite à l’expulsion « forcée » de leurs deux parents.

Sur les tracts des lycéens, on pouvait donc lire que leur action « a débuté en 2017 quand la préfecture a décidé d’expulser la famille de Giorgi et Alex ». Il s’agit aussi d’une famille géorgienne. Tous deux avaient d’ailleurs fait par le passé toute leur scolarité dans la ville de Rennes. « La préfecture ne prend en compte aucun critère pour les régulariser : nombre d’années passées en France, emploi des parents, problèmes de Santé, intégration de la famille, scolarisation des enfants ! », ont déploré les élèves devant les lycées et qui veulent que les choses changent !

Les lycées bloqués pour lutter contre des expulsions !

Le collectif qui soutient de tout cœur toute la famille de Giorgi et d’Alex auraient aussi déposé « plusieurs demandes d’audience à la préfecture ». Mais celles-ci, seraient alors restées sans réponse… Devant les lycées, les étudiants espèrent donc faire « reculer » la préfecture pour qu’elle revienne sur son choix… Un des proviseurs des lycées bloqués par les lycéens a d’ailleurs déploré à Ouest France que « le caractère illégal (…) de ce type d’action crée des tensions inutiles » au sein des lycées de la ville de Rennes.

Toujours selon Ouest France, si les blocus ont durés pendant plusieurs heures à Rennes, les cours ont bien pu reprendre dans la journée. Les blocus se sont d’ailleurs produits devant les lycées Coëtlogon, Descartes et Bréquigny. Ouest France fut l’un des seuls a affirmer qu’il n’y aurait pas d’autres actions « en centre ville« , contrairement à ce que d’autres médias affirmaient.