fbpx
Campus
Partager sur

Les lycées et collèges déjà très inquiets pour la rentrée de septembre !

Les lycées et collèges déjà très inquiets pour la rentrée de septembre1000

Les lycées et collèges de France commencent déjà à préparer la rentrée septembre... Et ils se disent tous très inquiets pour l'avenir.

La Covid-19 a mis à mal de nombreux lycées et collèges. Certains d’entre eux n’arrivent donc pas à faire face et ils ont donc montré leurs inquiétudes pour la rentrée prochaine.

En effet, on estime que les collèges et lycées vont perdre 1 800 postes. Le lycée Jean-Baptiste Say, dans le 16e arrondissement est l’un des plus touchés par les suppressions de postes.

Comme le rapporte France Inter, les heures d’enseignement allouées vont baisser pour la troisième année de suite. Et les suppressions de poste sont nombreuses.

La conséquence directe est la suivante. Les classes sont donc chargées et il n’est pas possible pour les enseignants de diviser la classe en deux. Les cours en en demi-groupes sont donc impossibles.

« On a déjà des classes à 35 voire 40 élèves selon les spécialités », explique Aube Lebel, présidente du conseil local de la FCPE à France Inter. « L’informatique est donc sur la sellette », indique-t-elle.

Et d’enchaîner : « Ce n’est pas parce qu’on est dans un quartier favorisé qu’on n’a pas d’élèves en difficulté, porteurs de handicap ou de milieux sociaux moins favorisés », a-t-elle tenu à préciser. Le lycée parisien est donc dans la panade.

La conséquence de ces suppressions de cours est la suivante : les parents sont donc obligés de payer des cours particuliers à leurs enfants pour pallier le manque de cours dispensés au lycée. Du moins, ceux qui en ont les moyens.

Les lycées et collèges déjà très inquiets pour la rentrée de septembre !
Les lycées et collèges déjà très inquiets pour la rentrée de septembre !

Les lycées et collèges sont inquiets pour la rentrée septembre

« Ce n’est pas notre conception de l’enseignement public », estime donc Aube Lebel. D’après elle, « 80 % des élèves qui suivent la spécialité ‘mathématiques’ par exemple ont des cours particuliers à l’extérieur du lycée ».

La faute à une surcharge dans les classes, qui nuit donc de façon directe à la concentration des élèves. Outre les lycées, les collèges sont également impactés par ces coupes budgétaires.

Le collège Marie Laurencin de Marseille, en éducation prioritaire, va perdre des heures d’enseignement. France Inter indique que ce collège de 312 élèves a pourtant besoin de maintenir tous ses cours.

« Cela implique qu’on diminue le nombre de groupes et le travail un peu plus spécifique que l’on fait avec nos élèves. Ce sont des élèves en difficulté », a confié une institutrice à France Inter. Et d’ajouter : « Beaucoup sont dans des situations d’illettrisme. Moi je suis enseignante en français. Il y a des heures qu’on pouvait donner jusqu’ici en petits groupes à des élèves ».

La professeure de français a confié qu’elle a donc dû supprimer les heures qu’elle donnait en petit groupe. Par manque de moyen. Des exemples de ce cas, il y en as des milliers d’autres en France.

Les collèges et lycées de France sont donc dans l’embarras pour la rentrée prochaine. Professeurs et parents d’élèves sont sur le qui-vive afin de trouver des solutions viables pour la rentrée prochaine.