Campus
Partager sur

Les lycées et collèges élisent des élèves ambassadeurs pour lutter contre le harcèlement !

Les lycées et collèges élisent des élèves ambassadeurs pour lutter contre le harcèlement !
Partage
Partager sur Facebook

Le jeudi 3 novembre dernier, il y avait la journée nationale du "non au harcèlement". Certains lycées et collèges luttent activement contre cela et ont même nommés des élèves comme ambassadeurs contre ce fléau.

Les établissements scolaires essaient de lutter depuis plusieurs années contre le harcèlement scolaire. Les lycées et collèges ont pris une mesure importante pour réduire ce problème important entre les élèves.

Harcèlement : Les lycées et collèges luttent contre ce fléau !

Les langues commencent peu à peu à se dénouer concernant les problèmes entre élèves au collège et au lycée. Aujourd’hui, les établissements prennent cela très au sérieux. De nombreux élèves subissent les moqueries et les menaces de certains autres élèves. Cela peut aller très loin puisque des adolescents victimes de harcèlement en viennent à se suicider ou sont réellement traumatisés.

Pour lutter contre cela, les lycées et les collèges ont décidé d’élire des élèves « ambassadeurs contre le harcèlement. » Cela permet de sensibiliser les élèves à mieux se respecter et à s’intéresser d’un peu plus près a ce tourment.  Le lycée Jacques-Monot de Clamart (Hauts-de-Seine) a même mis en place une « cellule H« . Celle-ci réunit une quinzaine de jeunes volontaires. Les jeunes ont pour devoir de veiller sur les élèves et de pointer du doigt le harcèlement à l’école.

Harcèlement : Les élèves prennent cette responsabilité au sérieux

Parmi les 15 volontaires, trois d’entre eux ont reçu une formation spécifique pour agir contre le harcèlement. D’ailleurs, pour la journée de la lutte nationale contre ce problème, ces dernier interviendront dans les écoles primaires de Clamart. Beaucoup de volontaires sont très sensibles à cette cause puisque certains d’entre eux ont subi certaines moqueries de leurs camarades de classe.

« Je faisais partie d’un groupe d’amies qui a commencé à se moquer de moi, de mon physique. » A expliqué Marine, une élève de seconde pour Le Figaro.

L’élève qui subissait les tourments de ses camarades s’est rapidement isolée et ses notes chutaient. Elle en avait parlé à ses parents et ces derniers avaient pu réagir rapidement. Aujourd’hui, l’adolescente sait qu’elle peut faire changer tout cela en ayant une telle responsabilité. Ainsi, elle va prendre son travail très au sérieux pour ses années de lycée.

« J’ai souhaité m’engager pour aider un maximum de personnes à ne pas avoir à subir ça. », A t-elle dit.

En plus de cela, un compte Instagram a aussi vu le jour pour que les élèves puissent témoigner de façon anonyme. Ce compte pointe les signaux d’alerte et comptabilise déjà plus de 260 abonnés.