fbpx
Campus
Partager sur

Lycée: 10 jours après la rentrée la réforme ne passe toujours pas !

Lycée: 10 jours après la rentrée la réforme ne passe toujours pas !
Partager
Partager sur Facebook

Plusieurs enseignants et étudiants réagissaient, quelques jours après la rentrée, aux conséquences de la nouvelle réforme du lycée

Les étudiants n’étaient, pour la majorité, pas ravis à l’idée d’arrêter leurs vacances et retourner en cours. Mais cette année, les professeurs étaient certainement du même avis. En effet, pour l’année scolaire 2019/2020, la réforme du lycée, de Jean-Michel Blanquer, entre en vigueur. Reforme changeant beaucoup de choses pour les lycéens.

D’une part, les filières S, ES, et L disparaissent. Pour donner place à un cursus plus général avec le choix de trois spécialités pour l’année de première. Et deux pour l’année de terminale. Mais ce n’est pas tout. D’autres changements notoires font partie de cette réforme. C’est pourquoi, étudiants, mais aussi et surtout professeurs, s’attendaient à une rentrée chargée et complexe. Apparement, les enseignants n’ont pas été déçus. A en croire les propos de Delphine Grenez, prof d’histoire-géo au lycée Balzac à Paris:

 « On s’attendait à ce que la réforme Blanquer complexifie l’organisation de la rentrée et on peut dire qu’on a été assez gâté ». Eh si cette enseignante fait savoir que la nouvelle réforme du lycée pose problème, ces fameux problèmes se situeraient au niveau des horaires.

Lycée: des emplois du temps surchargés

Quel étudiant n’a jamais nargué son camarade en lui faisant savoir qu’il possédait une après-midi entière sans cours durant la semaine ? Personne. Mais avec la nouvelle réforme du lycée, très peu d’élèves pourront se permettre cela. En effet, les emplois du temps semblent désormais plus remplis que jamais comme le déplore l’enseignante Delphine Grenez:

 « le gros problème c’est l’emploi du temps des élèves, avec certains qui ont 10 heures de cours d’affilée. Avec une pause déjeuner d’à peine un quart d’heure. Il faut donc une remise à plat de ces emplois du temps car cela ne va pas être possible de fonctionner comme ça sur l’année ».

En plus des journées remplies pour leurs étudiants, les professeurs déplorent la « disparition » du suivi individuel, du fait de leurs classes surchargées et des nombreux élèvent en charge: « Moi j’ai par exemple une spécialité +économiques et sociales+ avec des élèves qui proviennent de 4 classes différentes.  Nous remettons complètement en question le suivi individuel des élèves», indique Clémence, professeure en Seine-Saint-Denis. Dans la majorité, très peu de personnes semblent satisfaites de la nouvelle réforme du lycée. De nombreux enseignants ont déjà décidé de se mettre en grève et cela pourrait s’accentuer au cours de l’année.