fbpx
Campus
Partager sur

Laïcité : le lycée où les signes religieux sont autorisés

Laïcité : le lycée où les signes religieux sont autorisés
Partager
Partager sur Facebook

Le Figaro s’est intéressé à un lycée pas comme les autres. A Méo High School, les étudiants ont le droit de porter des signes religieux.

Méo High School est un lycée situé au cinquième étage de la tour Montparnasse. Et selon Le Figaro, dans les deux classes qu’il accueille, on retrouve beaucoup de jeunes filles voilées.

Le lycée où les signes religieux sont autorisés

Méo High School c’est le « premier lycée à éthique universaliste de France ». Comprenez que là, les élèves ont le droit de porter des signes religieux. Et même de prier pendant les pauses, entre chaque cours.

Le Figaro Etudiant est allé faire un reportage dans ce lycée qui n’a rien de commun. Ou presque. En effet, dans les salles de classe, les professeurs se tiennent strictement au programme de l’Education nationale.

>Retrouvez le reportage du Figaro Etudiant sur le site lefigaro.fr

Le lycée accueille deux classes. Une de seconde et une classe de première pour un total de 20 élèves. Les élèves y apprennent ce qu’il y a au programme de tous les lycées de France. Pourtant il s’agit d’un lycée privée. L’objectif est, à terme, d’obtenir un contrat avec l’Etat.

Ce qui permettrait dans un premier temps de souffler financièrement. Et puis surtout de développer ce lycée qui se veut ouvert sur toutes les cultures. Une campagne de promotion a donc commencé fin janvier.

Un système ultra-laïc

Le 29 janvier pour être précis. Selon Le Figaro, le lycée privé a beaucoup de mal à se maintenir à flot. Et lance donc un appel aux dons pour survivre cinq ans. Cinq ans, c’est la durée nécessaire pour obtenir un contrat de l’Etat. En soi, il reste un peu moins de quatre ans à tenir.

En effet, Méo High School existe à Paris depuis 2015. Et si la campagne de promotion met beaucoup en avant des élèves musulmane, c’est parce qu’elles sont majoritaires.

80% des élèves portent le voile selon Le Figaro. Le journal a interrogé le professeur d’histoire qui a trouvé une explication très simple. Les musulmanes qui portent le voile sont celles qui sont le plus victimes de discriminations dans les écoles.

D’après le témoignage d’une jeune fille, aujourd’hui, elle s’est habituée aux insultes dans le métro. C’est pourquoi l’objectif de ce lycée hors norme est de les pousser à réfléchir sur les valeurs de la République, le radicalisme. Mais aussi des sujets de la société et de la politique qui rythme la France et le monde.

D’ailleurs, la fondatrice Hanane Loukili a promis que la campagne d’appel aux dons ne montrerait pas que des visages de femmes voilées.

« Nous mettrons bientôt en avant une jeune chrétienne. Nous avons besoin de tout le monde. »