fbpx
Campus
Partager sur

Inde: pour éviter la triche, des étudiants se mettent des cartons sur la tête !

Inde: pour éviter la triche, des étudiants se mettent des cartons sur la tête !
Partager
Partager sur Facebook

La triche est un problème récurrent pour les professeurs du monde entier. En Inde, une solution radicale a été trouvée.

La triche n’est donc pas un problème uniquement français. Partout dans le monde, les étudiants rivalisent d’ailleurs d’ingéniosité pour gratter quelques bonnes réponses. En Inde, une solution radicale a été mise en place. Avec cela, plus de problèmes de triche. MCE vous explique tout !

Ce n’est pas une nouvelle mode. La triche a toujours été présente chez les étudiants n’ayant pas assez révisés. Certains s’essayent même à ce périlleux exercice lors des épreuves du bac. Une technique très déconseillée car passible de plusieurs années d’interdiction de passage pour le bac. En Inde, les enseignants ont innovés.

De plus, ces dernières années, les techniques de triche se diversifie. La technologie permet aux étudiants les plus malins d’éviter plusieurs heures de travail à leurs risques et périls. Avec les montres connectées ou dans les calculettes, tous les moyens sont bons pour tenter sa chance. L’Inde a trouvée un moyen définitif pour pallier à ce problème. Une solution radicale qui portera sûrement ses fruits. Mais qui semble cependant très critiquée.

En Inde, des cartons sur la tête pour éviter les regards en coin !

C’est l’université de Baghat, en Inde, que ce moyen a été mis en place. Une classe a donc dû porter des cartons sur la tête avec des œillères sur le devant. Cela avait pour but d’éviter les regards secret sur la copie du voisin. Les quelques photos prises ont créées une vive polémique. Face à ces critiques, l’université à tenu à se justifier.

Cette méthode, inspirée d’ailleurs d’une méthode mexicaine aurait été expérimentale a tenté d’expliqué MB Satish, l’un des membres de l’administration. Cette méthode aurait alors été mise en place avec le consentement des élèves. «Il n’y avait aucune obligation. Comme on peut le voir sur la photo, certains ne portent pas de carton, parce qu’ils ont été nombreux à le retirer au bout de vingt minutes. Nous leur avons même demandé de le retirer au bout d’une heure.» a-t-il tenu à ajouter. Une technique donc très limité. Il semble sur qu’elle ne trouvera pas d’écho ailleurs.

Des bonnes intentions mais une technique vraiment radicale. La polémique semble cependant se calmer.