fbpx
Campus
Partager sur

Inde: 20 étudiants se suicident après avoir échoué à leurs examens

Inde 20 étudiants se suicident après avoir échoué à leurs examens
Partager
Partager sur Facebook

En Inde, une vingtaine d'élèves se sont tués la semaine dernière. Les jeunes de 16 à 18 ans avaient tous raté leurs examens.

L’Inde vit en ce moment un drame assez violent. 20 étudiants se sont suicidés la semaine dernière. C’est dans l’État de Telangana que l’irréparable se commet. Les élèves décédés apprennent qu’ils ont raté leurs examens lorsque la Commission de l’enseignement secondaire (BIE) annonce les résultats.

Le média Kaleej Time révèle que le dernier suicide était la semaine dernière. Au total, 1 million de candidat était présent pour les examens. 350 000 échouent rapporte aussi le journal indien. Ces suicides « à la chaîne » poussent les parents d’élèves à manifester. Mais aussi des groupes d’étudiants et des partis politiques contestent.

Une grande colère est présente en Inde. Les contestations sont de plus en plus fortes. Monsieur Chandrashekhar Rao est le chef du gouvernement de Telangana en Inde. Il a tenu à rappeler aux élèves que ne pas réussir un examen ne voulait pas dire échouer dans sa vie rapporte Le Figaro.

Inde : en état de choc

Le chef du gouvernement réclame une révision des copies en échec. 50 000 étudiants, qui ont réussi l’examen, souhaitent aussi une nouvelle vérification. Car ils ne sont pas assez satisfaits de leur note. Pour les parents des victimes, le suicide de leurs enfants est du à une faille technologique.

Une commission a livré son verdict jeudi. Elle a proposé des recommandations pour qu’il n’y ait plus de défaillance. Mais aussi, 12 BIE réexaminent les copies des élèves qui n’ont pas réussi l’épreuve. Les groupes d’étudiants et les partis politiques veulent que les familles des victimes soient dédommagées. Ils demandent 36 000 dollars américains par famille heurtée.

Réussir ses examens en Inde, c’est très symbolique. Ce n’est pas la première fois que des vagues de suicides se produisent. La triche est très présente, car la pression l’est aussi. En 2015, des clichés de parents avaient choqué les foules. Ils se suspendaient aux fenêtres des écoles pour donner les réponses justes à leurs enfants, écrit Le Figaro.

Pour lutter contre ça, le gouvernement envoie parfois l’armée pour et calmer les tensions.

Crédit photo : RTS