fbpx
Campus
Partager sur

HEC Paris: un étudiant en confinement se suicide sur le campus

HEC Paris: un étudiant en confinement se suicide sur le campus
Partager sur Facebook

Fait tragique dans les Yvelines. Sur le campus HEC Paris, un étudiant étranger s'est donné la mort en sautant du 4ème étage d'un bâtiment.

Dans la nuit du lundi 6 au mardi 7 avril, un drame s’est produit au sein du campus HEC Paris. Un étudiant de 23 ans s’est jeté du 4ème étage d’un bâtiment afin de mettre fin à ses jours. MCE TV vous dit tout de A à Z !

Depuis de nombreuses semaines, le Covid-19 sévit et ne cesse de faire des victimes. En cette période de crise, la tension monte.

Afin de lutter contre la pandémie à laquelle nous faisons face, il faut agir. Depuis plus de 3 semaines, il est donc interdit de quitter son domicile.

Comme vous le savez, rester chez soi est le meilleur moyen d’agir contre le virus. Cependant, cette situation devient difficile à supporter pour beaucoup.

Coincé à la maison, le temps commence à se faire long et le moral est au plus bas.

Au sein du campus HEC Paris, un étudiant étranger s’est alors donné la mort en se jetant du 4ème étage d’un bâtiment.

Selon une source proche de l’affaire, ce dernier souffrait du manque de sa famille et de pressions liée à ses études.

Pour cet étudiant indien de 23 ans, la crise à laquelle nous faisons face fut donc la goutte de trop.

HEC Paris: un étudiant en confinement se suicide sur le campus

Un étudiant craque et se donne la mort sur le campus HEC Paris

HEC Paris accueille pas moins de 1 400 élèves au sein de ses logements.

En cette période délicate, une bonne partie d’entre eux ont alors quitté les lieux afin de retrouver leurs familles.

Cependant, l’étudiant défunt n’a pas eu cette chance. Seul, le confinement aura alors eu raison de lui.

Selon les forces de l’ordre, cette affaire n’a rien de surprenante. Le commissaire s’est alors exprimé.

« Nous avons secouru une personne qui a tenté de se jeter du pont de Bougival et des mouvements d’agressivité dans la rue ou à domicile ».

« On voit bien que cette situation est difficile à vivre pour tout le monde, mais encore plus compliquée à gérer pour les plus faibles d’entre nous ».