fbpx
Campus
Partager sur

Harcèlement: le court métrage des étudiants applaudi par la critique

Harcèlement: le court métrage des étudiants applaudi par la critique
Partager
Partager sur Facebook

Des étudiants de l’école de ESMA ont réalisé un court- métrage qui dénonce le harcèlement de rue

Un court métrage digne d’une comédie musicale, c’est ce qui a été réalisé par des étudiants de 5 ème année de l’école supérieur des métiers artistiques. Un court métrage très animé mais qui dénonce un fait de société, celui du harcèlement de rue. Un sujet polémique qui touche chaque année plusieurs centaines de personnes, victimes de harcèlement de rue, et harcèlement sexuel.

Hé Mademoiselle: un court-métrage contre le harcèlement de rue

Intitulé Hé Mademoiselle, ce petit court métrage qui a été visionné 111 327 sur Youtube, a été au cœur des débats. Ce court métrage bien qu’animé dénonce un véritable fait de société, celui du harcèlement de rue. De cette initiative, plusieurs étudiants en 5 ème année de l’école de ESMA. Le court- métrage se déroule dans la rue, une jeune femme qui marche, des hommes l’accostent, pour « un petit bisou ». « Cette thématique nous touchait et nous m’intéressait et les deux filles de l’équipe subissaient tous les jours ce type de comportement », explique l’un des étudiants à l’origine du court-métrage au Figaro. Pour les étudiants de l’école, il s’agit avant tout d’expériences personnelles. Le court-métrage dénonce aussi l’ignorance des proches.

Faire prendre conscience des dangers du harcèlement de rue

Sensibiliser, et faire prendre conscience à la population, voilà les messages que les étudiants ont voulu faire passer dans se court-métrage. Un quotidien qui est vécu chaque jour par des centaines de jeunes femmes et hommes. « C’est un sujet méconnu du grand public, surtout masculin. L’objectif était donc de sensibiliser ceux qui ne le subissent pas », précise un étudiant au Figaro. D’après un rapport donné au gouvernement, « 100% des usagers des transports en commun auraient déjà été victimes d’harcèlement de rue ». Les étudiants se sont félicités de l’importance du court-metrage. « Tant mieux. Une polémique c’est le meilleur moyen de faire parler de ce sujet »,précise Léa, une étudiante au quotidien.