fbpx
Campus
Partager sur

Fage: le nouveau président tacle violemment Nicolas Sarkozy

Fage: le nouveau président tacle violemment Nicolas Sarkozy

La Fage a un nouveau président. Il a déjà imposé son discours avec les candidats à la présidentielle. Notamment sur la sélection dans les universités.

Après William Martinet qui laisse la tête de l’UNEF à Lilâ Le Bas, c’est au tour d’Alexandre Leroy (Fage) de passer le flambeau. Jimmy Losfeld, 23 ans, étudiant en master de physique et ingénierie à l’université de Strasbourg, prend donc la tête du syndicat étudiant. Lors d’une conférence de presse qui s’est tenue le 27 septembre 2016, le nouveau président a présenté les nouvelles lignes de conduite de la Fage pour cette année 2016-2017. Réforme du Master, réforme du bac, et surtout, les annonces qui devront être faite aux candidats à la présidentielle 2017. L’objectif ? Les inciter à mettre en place une véritable de politique de la jeunesse dans leur programme.

La Fage interpelle déjà les candidat à la Primaire les Républicains

Tout d’abord, la Fage, qui représente 300 000 étudiants, compte bien faire entendre sa voix lors de la campagne présidentielle 2017. « Nous serons à l’écoute et prêts à dialoguer avec tous les candidats républicains », a expliqué le nouveau président Jimmy Losfeld. Si le jeune homme a insisté sur le mot républicain, cela semble donc exclure Marine Le Pen. Il interpelle déjà Alain Juppé, se montrant favorable à la mise en place d’une meilleure orientation dans les lycées. Un moyen de désengorger le nombre d’étudiants inscrits à l’université.

Il s’est pourtant opposé au maire de Bordeaux en ce qui concernait « une sélection généralisée en master 1 ». Mais ce qui bloque pour le président de la Fage, c’est « La soupe de ceux qui prônent un service militaire obligatoire pour les décrocheurs ou l’interdiction du voile à l’université. On n’en veut pas. On leur dit : rentrez chez vous ». Cela ne fait aucun doute, la Fage cible Nicolas Sarkozy. Pour Jimmy Losfeld, les décrocheurs doivent être réorientés. « Il faut faciliter les parcours d’insertion, inutile de perdre du temps sur des faux sujets », lâche le nouveau président.

Contre la sélection en master mais…

Pour ce qui est de la gauche, l’ex-président de la Fage, Alexandre Leroy, reste en attente de réponse. « Que cela soit Montebourg, Filoche, Cosse, Duflot, Lienemann ou Hamon. Nous aimerions voir ce qu’ils ont à proposer pour les jeunes », lâche-t-il. Pour le moment à gauche, seul Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education Nationale, s’est engagée dans une réforme de l’université. La ministre et leurs homologue de l’UNEF se sont prononcés contre une sélection en Master. Jimmy Losfeld affirme de son côté que « la sélection, c’est l’exclusion ». Il préfère donc parler de régulation. En conséquence, le syndicat propose une forme d’orientation à l’issue de la licence pour faciliter les accès dans les cursus de master. Probablement une forme d’admission post-bac. L’étudiant effectuerait des voeux auprès de son établissement. Un alghorithme précis les orienterait vers les cursus de manière équitable.