fbpx
Campus
Partager sur

Étudiants: les tickets resto accessibles aussi pour les « non boursiers » !

Étudiants: les tickets resto accessibles aussi pour les "non boursiers" !

La députée LR Anne-Laure Blin espère faire bouger les choses avec des tickets resto pour les étudiants, qu'ils soient boursiers ou non.

Le mardi 9 février, la députée LR Anne-Laure Blin a déposé une proposition de loi. Elle vise à créer des tickets resto pour les étudiants. MCE TV vous dit tout de A à Z !

Sur leur site univ, ils pourraient alors acheter des tickets resto à hauteur de 6 ou 7 euros au tarif social étudiant, c’est-à-dire 3,30 euros.

Si ce projet venait à passer, il concernera tous les étudiants. Et ce, peu importe leur statut et leur zone. « Aujourd’hui, tous les étudiants font face à des difficultés financières. Boursiers ou non. Ils n’ont plus de jobs étudiants, et cela place tout le monde dans une fragilité importante« , explique la députée.

Avant d’ajouter : « J’ai eu des retours de parents qui doivent subvenir aux besoins de plusieurs enfants étudiants qui n’ont plus de petit job. Alors qu’eux-mêmes sont passés par le chômage partiel et sont donc en grande difficulté financière. Pour autant, leurs enfants n’ont pas le statut de boursiers« .

Ces tickets restos seraient financés à coût constant. Soit par l’argent avec lequel l’État finance la restauration étudiante aujourd’hui.

En ce qui concerne cette restauration étudiante, la député se montre très critique. « Les restaurants universitaires ne répondent plus aux attentes des élèves. Des restos sont fermés, ont des horaires inadaptés aux étudiants. Ou proposent des menus qui ne leur plaisent pas car peu équilibrés« .

La députée évoque aussi le fait que certains étudiants restent trop éloignés des restaurants univ. Les tickets restos leur permettraient de faire des courses et donc de cuisiner chez eux. Bonne idée !

MCE TV vous en dit plus…

Étudiants: les tickets resto accessibles aussi pour les "non boursiers" !

Étudiants : que fait l’État ?

La députée trouve la situation des étudiants très difficile. « Sur le plan financier, il n’y a plus d’emplois étudiants. C’est donc difficile pour eux de boucler les fins de mois« , commence-t-elle.

« Un certain nombre d’entre eux se retrouvent seuls avec leur ordi dans leur chambre (…) c’est compliqué d’avoir des diplômes qui ont une vraie plus-value quand on ne peut pas échanger avec ses collègues et ses profs« , ajoute Anne-Laure Blin.

De même, cette dernière se montre très inquiète quant à l’avenir : « Si on continue à ne rien faire, ils ne seront pas en mesure d’être réactifs sur le marché du travail« .

Pour autant, l’État tente de trouver des solutions. Mais, pour elle, cela ne suffit pas. « On ne va pas solutionner le problème des étudiants avec un chèque psy. La grosse problématique, c’est le fait de ne pas pouvoir se rendre en cours. Le gouvernement propose un repas à un euro pour tous. C’est généreux, cela peut répondre à une situation d’immédiateté. Mais ce n’est pas un modèle économique viable sur le long terme« . Aïe !

Anne-Laure espère que les étudiants pourront suivre à nouveau des cours, sur place. Affaire à suivre donc !

Et vous, que pensez-vous de ces initiatives ?