Campus
Partager sur

Les étudiants vont-ils rejoindre le mouvement des Gilets jaunes ?

Partage
Partager sur Facebook

Le mouvement des gilets jaunes prend de plus en plus d'ampleur et le désarroi des étudiants pourraient les pousser à se joindre à eux !

Le mouvement des Gilets jaunes s’est cristallisé autour de la hausse des taxes sur le diesel. Mais s’est petit à petit organisé autour de plusieurs revendications sociales et économiques. Elles dépassent largement la question du carburant. Désormais, il semblerait que le mouvement se batte pour une meilleure justice sociale. Et il commence à être rejoint par les étudiants.

Vers une convergence des luttes avec les étudiants ?

Dès le départ, le mouvement des Gilets jaunes a surpris les médias et les hommes politiques pour la diversité des profils qu’il regroupe. Le mouvement est, certes, né à cause des taxes sur le diesel. Mais il a rapidement su capter le mécontentement global des classes sociales en difficulté financière. Résultat, différentes opinions politiques ont pu se trouver un terrain d’entente et un ennemi commun, menant ainsi à une convergence des luttes inattendues.

Les Gilets jaunes ont d’ailleurs transmis une liste de leurs souhaits au gouvernement. Et le moins que l’on puisse dire, il y a des demandes très variées. Elles ont pour unique point commun de réclamer davantage de justice sociale. Ainsi, ils exigent une revalorisation du SMIC à 1 300 €. Mais également une plus grande égalité entre les hommes et les femmes dans le milieu du travail. Bien sûr, ni les retraités ni les étudiants n’ont été oubliés et des aides financières restent aussi demandées.

Le ras-le-bol des étudiants

Si certains étudiants sont également touchés par la hausse des prix des carburants et doivent utiliser des comparateurs pour s’approvisionner aux pompes les moins chères, leur mécontentement s’est davantage exprimé autour de l’augmentation récente des frais de scolarité à l’université. Cette augmentation entérine, selon eux, le début d’une université inégale et non accessible à tous.

Certains étudiants et groupes d’étudiants ont alors commencé à rejoindre le mouvement des Gilets jaunes et à manifester partout en France, parfois calmement, parfois moins calmement. Cette hausse des frais de scolarité va principalement impacter les étudiants étrangers qui ne pourront alors plus venir de pays moins favorisés. La mobilisation des étudiants français en leur faveur a été très importante.

Le récent dévoilement des exigences des Gilets jaunes a également sans doute participé à convaincre les étudiants de les rejoindre. Leurs exigences couvrent une part très large de la population. Et défendent une justice sociale pour laquelle la population estudiantine manifeste souvent et avec beaucoup d’entrain.

Un groupe hétérogène

Personne ne peut prédire si l’implication des étudiants parmi le mouvement des Gilets jaunes prendra de l’ampleur. Cependant, le simple fait que beaucoup de jeunes, étudiants ou non, se soient investis dans ce mouvement prouve encore l’extraordinaire hétérogénéité du mouvement des Gilets jaunes. Même les membres des classes sociales les plus privilégiées soutiennent ce mouvement.

Cette hétérogénéité rend difficile de cerner précisément le mouvement. Et il devient alors difficile à gérer pour les hommes politiques qui ne savent pas par quel bout le prendre. Cependant, cette multitude de visages, de personnalités, de parcours et d’exigences, c’est justement ce qui fait la force du mouvement. Non seulement cela lui permet d’échapper aux tentatives d’instrumentalisations politiques. Mais cela lui permet également de représenter une large partie de la population.

Des débordements regrettables

Malgré tous ces aspects positifs, il semble incontestable que beaucoup de membres du mouvement regrettent certains débordements. Et le retour de l’éternel débat : est-il possible de changer les choses sans casser l’ordre établi ? Une fois de plus, il est difficile de savoir où se situent et se situeront les étudiants dans ces différentes directions que prend le mouvement.

Une chose est sûre cependant, la population étudiante est l’une des plus sensibilisées et attentives aux questions environnementales. Sa présence dans les cortèges des Gilets jaunes aide alors à comprendre que le mécontentement de la population a largement dépassé la question du carburant et de l’écologie.