fbpx
Campus
Partager sur

Les étudiants de plus en plus nombreux dans les banques alimentaires !

Le malaise des étudiants s'intensifie... et ça se voit dans les rues ! Ils sont de plus en plus nombreux devant les banques alimentaires !

« C’est dur d’avoir 20 ans en 2020 ». Pas sûr qu’Emmanuel Macron imagine la détresse des étudiants ces deux dernières années… Car l’urgence les pousse de plus en plus nombreux vers les banques alimentaires !

Il faut aussi dire que le covid impacte tout l’univers des jeunes. Ils ne peuvent plus sortir, plus aller en cours, plus travailler… Les soucis se multiplient. Et avec eux, les causes de dépressions s’accumulent aussi.

Il y a quelques semaines, Agathe Auproux tentait ainsi de mettre des mots sur les malaises des étudiants… Car il y en a bien plusieurs. Enfermés dans leurs petits apparts, ils attendent ainsi de retourner en cours…

Alors qu’un troisième confinement semble plus proche que jamais, il faut se rendre à l’évidence : 2021 ne sera pas bien loin de 2020 pour les jeunes. Car les soucis restent les mêmes, et ne se résolvent pas.

Il faut ainsi penser à tous les étudiants qui n’ont pas pu trouver de job cette année. Les restos et bars restent fermés depuis plusieurs mois, les boulots de saison se font plus rares… Tout le monde ferme ainsi la porte.

Derrière, les conséquences semblent donc terrible pour les jeunes : pas de travail, pas d’argent… Et si les parents ne peuvent pas aider, il faut donc trouver une solution. Comme les banques alimentaires.

Les étudiants de plus en plus nombreux dans les banques alimentaires !
Les étudiants de plus en plus nombreux dans les banques alimentaires !

Les étudiants se ruent dans les banques alimentaires

Pas mal de BDE organisent ainsi des collectes pour donner de la nourriture aux plus démunis. Mais certains vont même plus loin : ils organisent des rondes pour aller donner de quoi manger directement dans les apparts…

Studenpop, par exemple, a créé sa filière « du beurre dans leurs épinards ». Le « leurs » concerne ainsi les étudiants, dont les fins de mois semblent de plus en plus dures… Et aussi de plus en plus longues.

La boîte de jobs met ainsi en place des collectes pour distribuer des vivres. Mais pas seulement. Ils donnent aussi des crèmes, des rasoirs… Bref, tout ce qu’il faut pour que les jeunes se sentent à nouveau vivants.

Car le problème n’est pas seulement alimentaire. Les lock down, couvre-feu et autres fermetures entraînent aussi des dépressions. L’observatoire de la vie étudiante tire la sonnette d’alarme depuis des mois, déjà…

L’institut avait en effet observé un bond des « troubles » chez les étudiants après le premier confinement. Les résultats de l’étude font peur : environ un étudiant sur trois a ressenti de la « détresse psychologique ».

Depuis, un deuxième lock-down a un peu plus touché le moral des jeunes… Et un troisième approche. Les causes des crises se multiplient, et pas mal d’entre eux se voient comme des « fantômes ».

Les files d’attentes se font ainsi toujours plus longues devant les banques alimentaire… Le malaise des étudiants grandit. Et en plus, Emmanuel Macron pourrait parler dimanche