fbpx
Campus
Partager sur

Des étudiants manifestent et se sentent abandonnés !

Des étudiants manifestent et se sentent plus abandonnés que jamais !

Des centaines d'étudiants ont manifesté dans plusieurs villes pour France pour dénoncer leurs conditions de vie. On vous en dit plus.

Des étudiants ont manifesté dans plusieurs villes  de France pour dénoncer leurs conditions de vie ! MCE TV vous donne plus de détails.

Ce mercredi 20 janvier, des centaines d’étudiants sont descendu dans les rues. Ils étaient là pour dénoncer leurs conditions de vie.

Il faut dire que la crise sanitaire ne les a pas épargné. Les jeunes se sentent délaissés. Sans surprise.

Ils ont donc décidé de se rassembler dans plusieurs villes de France. Notamment à Paris, Strasbourg, Lille, Toulouse ou encore Rennes.

Cette mobilisation avait donc pour but de défendre les conditions de vie et d’études des étudiants. C’est l’Unef et d’autres organisations politique et syndicales qui sont derrière ces manifestations. Elles tirent la sonnette d’alarme. Eh oui !

Les étudiants ont comme un sentiment d’injustice. Sans surprise. En effet, les lycées et collèges sont ouverts. Alors que les portes de la fac sont fermés depuis 2 mois ! Rien que ça.

Des étudiants manifestent et se sentent plus abandonnés que jamais !

Étudiants: les oubliés de la crise sanitaire ?

À  Paris, des centaines d’étudiants ont donc entamé une marche dans le calme jusqu’au ministère de l’Enseignement supérieur. Eh oui. « Présentiel, produit essentiel. » pouvait-on lire sur leurs pancartes.

Ou encore, « Politique incompétente, jeunesse agonisante ». Les étudiants ont donc envahi les rues pour dénoncer leurs conditions de vie. Celles-ci deviennent de plus en plus difficiles. Eh oui.

« Ça m’a fait réagir de voir des étudiants qui avaient envie de se suicider » témoigne Titouan, étudiant de la Sorbonne. « Pour la première fois de ma vie, j’ai moi-même pensé à ma propre mort il y a quelques semaines. »  ajoute-t-il.

D’ailleurs on retrouve le même état d’esprit à Rennes. Les jeunes se sentent seuls et désespèrent face à la solitude.

Il y a quelques jours Jean-Castex annonçait la reprise des cours en présentiel par petits groupes. Donc à partir du 25 janvier. « Si la situation sanitaire le permet » précise-t-il aussi. Bien sûr.

D’ailleurs les étudiants n’attendent que ça ! Ils espèrent aussi trouver un soutien psychologique. « Il n’y a qu’un psy pour 30 000 étudiants en France » explique une manifestante de Lille, Alexandra Mouton.