fbpx
Campus
Partager sur

Les étudiants en précarité depuis le confinement « j’ai dû vendre mon ordi » !

Les étudiants en précarité depuis le confinement

Avec la crise du Covid, la situation n'est idéale pour personne ! Encore moins pour les étudiants qui se retrouvent sans jobs pour certains !

Avec la crise du Covid, la situation actuelle n’est idéale pour personne ! Encore moins pour les étudiants qui se retrouvent sans jobs pour certains !

En effet, depuis le début du confinement, la majorité des étudiants ne peuvent plus travailler. Petits boulots exige pour financer ses études, ils se tournent généralement vers les métiers de service (serveurs, barman, hôtesse, …)

En vue de la situation actuelle, les étudiants n’ont pas pu travailler cet été, confinement oblige ! Comptant sur les salons et évènements, trouver un job était mission impossible !

Ce n’est pas tout ! Et oui, pour la plupart, ils n’ont toujours pas retrouvé de petits jobs pour cet automne !

En effet, les étudiants se tournent généralement vers le tourisme, l’évènementiel ou encore la restauration. Malheureusement, ce sont les secteurs les plus impactés par le Covid …

Les étudiants en précarité depuis le confinement j'ai dû vendre mon ordi

Confidences des étudiants : Paris, Rennes, Angers …

Sara, 20 ans, est une étudiante à Paris ! Elle cherche un petit boulot pour financer ses études mais en vain !

Sara s’est donc confiée lors d’une récente interview. La situation des étudiants l’inquiète, et elle n’est pas la seule … Et pour cause …

« Je dois travailler en juillet et en août pour remplir mon compte en banque car je n’ai pas le choix. Je suis boursière : chaque mois pour m’aider à financer mes études d’anthropologie, je perçois 534 euros. » explique t-elle alors.

« Comme je n’ai pas pu gagner d’argent, mon compte est donc dans le rouge. En septembre je pensais pourvoir trouver à nouveau un petit boulot mais c’est vraiment difficile. » dit-elle aussi.

Émilie, une étudiante à Angers, est aussi dans le même cas ! En effet, elle n’a plus aucun revenu depuis le mois de mars.

« Normalement, je bosse dans la restauration. Depuis mars, c’est impossible. Je ne suis pas boursière et je n’ai plus de contacts avec mes parents. Pour moi c’est plus que difficile. J’ai eu jusqu’à 1 000 euros de découvert. Alors depuis ce printemps, je vends un peu de tout. Des fringues, ma tablette, j’ai même vendu mon ordinateur. Je suis étudiante mais je n’ai plus rien pour travailler.« 

Choc ! Surtout que ces cas ne sont pas isolés !

Chez MCE TV, on envoie à tous les étudiants plein de bonnes ondes et plein de courage pour la suite !