fbpx
Campus
Partager sur

Les étudiants encore plus déprimés à cause du fameux Blue Monday !

Les étudiants encore plus déprimés à cause du fameux Blue Monday !

La période n'est pas facile pour les étudiants face au Covid-19. Néanmoins, ils doivent en plus faire face au Blue Monday.

Le Blue Monday est l’un des pires jours pour les étudiants. En plus de ne pas être au top de la forme à cause de la crise sanitaire, ces derniers font face au jour le plus déprimant de l’année.

Lundi 18 janvier est un jour très déprimant. Aujourd’hui, les Français doivent faire face au Blue Monday qui n’est autre que le Lundi Bleu. Ce jour a été nommé comme le jour le plus déprimant de l’année selon une campagne publicitaire britannique, par la chaîne télé Sky Travel en 2005.

Comme le fait écho Midi Libre, le Blue Monday fait référence aux « variations hebdomadaires de l’humeur ». Ainsi, cela consiste à voir le lundi comme le jour le plus triste de la semaine. Si cette superstition n’a jamais été vraiment fondée et semble même fausse, les étudiants, eux, vivent ce jour comme un calvaire…et encore plus cette année.

Le Blue Monday serait une vaste supercherie qui viendrait avant tout d’une campagne publicitaire. Ainsi, mieux vaut ne pas trop penser que ce lundi 18 janvier est déprimant. Néanmoins, les étudiants ont de quoi déprimer plus que les autres jours, car ils sont très mal lotis ces derniers temps face au Covid-19.

L’avenir des jeunes est incertain et ils s’inquiètent tous de pouvoir continuer leurs études au vu de la crise sanitaire. Avec le couvre-feu ou encore les confinements, il semble compliqué pour les élèves de se concentrer. Sans compter que certains n’ont plus de petits boulots pour subvenir à leurs besoins et sont en précarité.

Les étudiants encore plus déprimés à cause du fameux Blue Monday !

Les étudiants en déprime !

Le Blue Monday est jour déprimant pour les étudiants, mais le Covid-19 semble bien pire pour eux. La crise n’a fait qu’accentuer un certain mal-être chez les jeunes ces derniers mois. Ainsi, ce lundi, HEYME, mutuelle des 15-35 ans, a mis en avant quelques chiffres déroutants grâce à une enquête sur la santé mentale des élèves.

Selon l’étude OpinionWay, 49% des jeunes (soit presque la moitié)  passeraient par de grosses phases de déprime. Cela est notamment lié à l’épidémie qui impacte aussi bien leur vie sociale que leurs études. Ainsi, plus de 6 élèves sur 10 se voudraient stressés. Ces derniers se sentent démunis, voir laissés de côté et s’inquiètent pour le futur.

La même étude a aussi montré que les jeunes ne seraient pas si irresponsables face au Covid-19. En effet, ils seraient plus de 54% à s’inquiéter de transmettre le virus à leurs proches, explique Midi Libre. Ces derniers pourraient donc choisir de s’isoler afin de ne pas mettre en danger les membres de leur famille.

Enfin, les étudiants n’ont pas besoin du Blue Monday pour exprimer leur colère. En effet, depuis le 12 janvier, ces derniers ont lancé le #etudiantsfantomes sur Twitter, fait écho nos confrères. Ces derniers demandent la réouverture des facs afin de pouvoir continuer à faire leurs études et ne pas perdre une nouvelle année. Puis, ils souhaitent aussi avoir un accompagnement psychologique.