fbpx
Campus
Partager sur

Étudiants: comment ont-ils adopté le nouveau concept « low tech » ?

Étudiants: comment ont-ils adopté le nouveau concept

Le "low tech", s'impose doucement dans notre société. Mais comment ce nouveau type de technologie a-t-il été adopté par les étudiants ?

Dans un monde où les nouvelles technologies sont reines, le low-tech, soit « basse technologie », est apparu. Son but ?  Promouvoir une consommation réduite des technologies. Mais en quoi consiste cette tendance ? Pourquoi est-elle populaire chez les étudiants ? Et comment adopter ce nouveau style de vie ? MCE TV vous dit tout de A à Z !

De nos jours, tout est connecté. Eh oui, il est difficile de faire un achat qui n’est pas relié au net ! Néanmoins, cet engouement pour les nouvelles technologies a un coût. En effet, les équipements électriques sont dangereux pour l’environnement. D’ailleurs, ils représentent 44.7 millions de tonnes de déchets. Et parmi eux, 80% ne sont pas recyclables. Dingue !

Ces chiffres font vraiment peur ! C’est pourquoi de nombreuses personnes, et surtout des étudiants, ont décidé d’adopter une nouvelle façon de consommer plus responsable et durable : le low tech. Intéressant, non ?

Mais qu’est-ce que le low-tech ?

En bref,  c’est un peu comme le « DIY ». En effet, ce concept nous pousse à réparer, innover et recycler les produits électriques que nous utilisons chaque jour. Et pour cause : changer de portable dès que celui-ci devient lent, ou encore jeter ses appareils dès qu’ils cessent de fonctionner est ridicule.

En effet, il suffit parfois d’un peu de bricolage, à l’aide de bons outils, pour donner une nouvelle vie à nos produits. D’ailleurs, plusieurs fournisseurs, tels que RS Components, vendent des pièces détachées. Trop top !

En bref, le low-tech est basé sur trois grands principes. Tout d’abord préserver la nature à tout prix. Ensuite, adopter une économie dite pérenne, avec une exploitation raisonnée des ressources naturelles. Enfin, intégrer le bien-être des employés dans les décisions économiques. Génial, non ?

Mais au quotidien, ça donne quoi  ?

Adopter ce mode de vie écolo présente beaucoup de points positifs, notamment pour les étudiants. En effet, en plus de préserver nos ressources naturelles, ce mode de vie permet de faire des économies. Trop cool !

Eh oui, avec le low-tech, plus besoin d’acheter le dernier iPhone ou la TV 8K dernier cri. Et pour cause, ce concept encourage plutôt à faire mieux avec moins, en utilisant des matériaux de qualité, respectueux de la planète. Et ça, c’est top !

Ainsi, au quotidien, cela passe par exemple par la mise en place de panneaux solaires. Mais cela peut aussi être le fait de garder son portable tant qu’il fonctionne et même le réparer si besoin.

Un objet low-tech doit donc être accessible, facile à utiliser, peu couteux, réparable et, bien entendu, sans ou avec un faible impact sur la planète.

Une tendance en hausse chez les étudiants !

Choisir de changer ses habitudes peut être dur. Néanmoins, il est plus que jamais nécessaire de modifier la façon dont nous consommons.

À l’heure actuelle, entre le télétravail et le tourisme local, nous sommes témoins d’un vrai changement des habitudes. En effet, selon une étude menée par Happydemics, un Français sur cinq déclare avoir changé ses pratiques de consommation pendant le confinement. Et parmi eux, 29% ont entre 18 et 24 ans ! Génial, non ?

Ainsi de plus en plus d’étudiants se tournent vers le « made in France » pour l’high tech mais aussi la nourriture. Trop top !

La sobriété numérique est un concept encore peu connu en France. Pourtant, il est important de remettre en question notre consommation numérique au quotidien.

En effet, selon le rapport du Think Tank The Shift Project, appelé « Pour une Sobriété Numérique », le numérique est à l’origine de 3 à 4% de la dépense en énergie mondiale. Dingue ! D’autant que ce chiffre ne cesse de croitre. Pour répondre à ce problème, le rapport a une solution : allonger la durée de vie de nos ordis et portables. Pas bête !

Ainsi, il faut se poser les bonnes questions. Ai-je vraiment besoin de ce nouveau téléphone ? Est-ce que je peux réparer cet objet moi-même ? Existe-t-il une manière plus écolo d’utiliser ce produit ?

En bref, le low-tech est un concept primordial pour le futur de notre planète. En effet, cette tendance questionne l’impact du numérique sur notre façon de vivre. Heureusement, les nouvelles générations Y et Z, se préoccupent beaucoup des questions relatives à l’écologie. Eh oui, selon une étude menée par UNIDAYS, parmi les jeunes interrogés, 80% seraient plus enclins à acheter un produit parce qu’il est respectueux de la planète. Et ça, c’est trop top !

Ainsi, on espère assister à un vrai tournant dans les années à venir ! Croisons les doigts !