fbpx
Campus
Partager sur

Etudiants: 83% des jeunes ne croient plus aux hommes politiques

Etudiants: 83% des jeunes ne croient plus aux hommes politiques

Un sondage Opinion Way pour "Vers le haut" explique que 83% des jeunes ne croient plus aux politiques, ni à l'entreprise.

A une époque où le taux d’abstention fait polémique, un baromètre développé par le cercle de réflexion « Vers le haut« , dévoile que près de 83% des jeunes interrogés considèrent que la politique n’est pas capable de les représenter et ainsi défendre les intérêts de la jeunesse. Ils sont même près de 75% à estimer que l’accessibilité aux fonctions politiques n’est pas assez développer. Ce baromètre baptisé « Jeunesse et confiance », a été publié lundi 9 novembre par l’institut de sondage Opinion Way pour le compte de « Vers le Haut » et du journal La Croix. Cette enquête a été menée auprès de 1 002 jeunes de 16 à 26 ans avec en contre balance, un panel de 1 040 parents et 403 chefs d’entreprises.

Les jeunes déçus par l’entreprise

Si la jeunesse française ne se sent pas soutenue par la politique, 80% des interrogés expliquent que le monde de l’entreprise ne les soutiens pas non plus. Un chiffre surprenant quand on sait que 93% des chefs d’entreprises interrogés voient en la jeunesse, l’avenir de l’industrie française. Marc Vannesson, délégué général de « Vers le haut« , explique cette différence presque contraire par le fait que « les entreprises ont bien intégré l’impératif moral d’insertion des jeunes mais qu’il existe encore de gros freins pour qu’il y ait un réel passage à l’acte ». Les autres résultats viennent donner raison à son développement car les chefs d’entreprises font confiance au jeunes (71%), dans le cadre de représentation extérieur, alors que seulement 59 % donne leur confiance dans un projet avec un impact financier.

Une valorisation des parcours étudiants

« C’est un peu comme sur les questions environnementales, que les entreprises ont intégré dans leur communication, même si dans les processus, c’est moins pris en compte », explique Marc Vannesson. Mais ce baromètre explique également que les jeunes ont un vrai problème d’insertion dans le monde de l’entreprise: c« es parcours ne sont pas suffisamment valorisés alors que les entreprises se plaignent de manquer de main d’oeuvre qualifiée ». Pour Marc Vannesson, « mettre en avant les parcours de réussite de ces jeunes au sein de l’entreprise », devient incontournable. D’ailleurs, l’espoir persiste car près de 69% des jeunes estiment avoir confiance en leur avenir.