Campus
Partager sur

Etudes: le QI serait en baisse dans les pays développés

Etudes: le QI serait en baisse dans les pays développés
Partage
Partager sur Facebook

Le QI serait en baisse dans les pays développés ! C'est ce qui ressort de plusieurs études parues dans la revue Intelligence.

C’est une nouvelle qui est à la fois inquiétante mais pas nécessairement surprenante… En effet, selon la revue Intelligence, le QI serait en baisse sur ces quinze dernières années dans les pays occidentaux. C’est notamment en Europe du Nord que cette baisse serait la plus marquée selon les différentes études publiées par la revue. Cette diminution serait même contraire à celle du siècle dernier. Selon Europe 1, le siècle dernier bénéficiait d’une amélioration des conditions sociales et sanitaires, ce qui expliquerait cette baisse.

Une baisse du QI en France

En France, la baisse du QI n’a pas épargné l’hexagone. En effet, celle-ci serait de 3,8 points en moins. Ce qui est beaucoup moins alarmant que nos voisins Britanniques qui auraient perdu 14 points. Une chute enregistrée depuis la Seconde révolution industrielle (1870-1923). La chute de QI en France ne serait apparue que lors des années 1999-2009. Il faut d’ailleurs noter que le QI Français est statistiquement évalué à 98 entre 2002 et 2006.

Selon l’étude, il y a plusieurs explications à cette baisse du QI généralisée. La première reste l’hypothèse sociologique. En effet, la revue explique que les personnes aux gros QI feraient des études longues. Ils feraient donc moins d’enfant car il s’y prendrait plus tard. A contrario, ceux avec un QI plus faible feraient plus d’enfants et plus tôt. Ce qui signifie que le nombre de personnes à fort QI serait en baisse de génération en génération. Une étude publiée en Islande en 2016 et révélé par Europe 1 en tirerait les mêmes conséquences.

Le haschisch serait aussi une cause de la baisse

Autres facteurs avancés par l’étude, la qualité de vie. En effet, les perturbateurs endocriniens seraient aussi en cause dans cette baisse du QI. Ces perturbateurs influent sur l’iode qui est une alimentation indispensable au développement de la masse cérébrale. D’autant qu’une autre substance, de plus en plus courantes, aurait aussi un impact. Il s’agit du haschisch. En effet, les consommateurs réguliers seraient fortement impactés. Ce qui ne serait pas le cas des autres drogues.