fbpx
Campus
Partager sur

Etudes à l’étranger: le Canada accueille de plus en plus d’expatriés

Etudes à l'étranger: le Canada accueille de plus en plus d'expatriés

Le Canada est le pays qui accueille le plus d'étudiants étrangers ces derniers. Des études à l'étranger poussaient par la politique de Trump et le coût.

C’est un fait qui devient de plus en plus commun au Canada. Les étudiants sont de plus en plus nombreux à venir d’au-delà les frontières. En effet, faire ses études à l’étranger est de plus en plus fréquent. Et c’est le Canada qui semble la destination la plus en vogue. Selon Le Figaro, le chiffre aurait même déjà doublé entre 2008 et 2015.

Des études à l’étranger pour une question de coût

Mais la tendance serait en train de s’accentuer. En effet, ce n’est pas seulement l’aspect attractif du pays qui pousse à faire ses études à l’étranger. Car le Canada a un avantage de poids, celui d’être le pays du continent nord-américain à avoir les frais d’inscription les plus faibles. Une moyenne en premier cycle atteint en moyenne entre 8 000 et 23 000 euros. Ce qui est deux fois moins cher qu’aux Etats-Unis.

Permettant de mettre en application des études et un haut niveau d’éducation, ils sont nombreux à passer la frontière qui sépare les deux pays. Mais les raisons de cette arrivée massive se traduisent aussi par des aménagements pour les étudiants francophones. En effet, suite à un accord avec le Québec, les frais de scolarité sont bas dans les universités francophones.

Trump fait fuir les têtes pensantes aux Etats-Unis

Les arrivées américaines sont d’autant plus impressionnantes que nombre d’étudiants fuient le système américains. En effet, depuis l’élection de Trump à la tête du pays, faire ses études à l’étranger devient une possibilité. Au New York Times, Alan Shepard, le président de l’université Concordia à Montréal explique que « l’effet Trump se fait vraiment ressentir. Les candidatures d’étudiants internationaux se multiplient pour la rentrée prochaine ». Même constat à l’université de Ryerson à Toronto. Là, le nombre de personnes qui ont fait le pari des études à l’étranger atteint un taux de 50% de plus qu’en 2016.

Mais cela ne concerne pas que les étudiants américains. En effet, les étudiants étrangers qui ont eu le choix entre les deux pays ont eu peur de l’insécurité aux Etats-Unis. « Les discriminations raciales deviennent un vrai problème: c’est effrayant d’entendre qu’un Indien est tué toutes les semaines aux États-Unis », explique un étudiant Indien au New York Times.

Les évolutions politiques en cause

Le Canada semble donc bénéficiaire des évolutions politiques de 2016. Entre l’arrivée de Trump aux Etats-Unis et le Brexit en Grande-Bretagne, les études à l’étranger dans les pays anglophones semblent se tourner vers le pays à la feuille d’érable.