fbpx
Campus
Partager sur

[ETU ACTU] Le racisme aux Etats-Unis, des décennies de lutte !

[ETU ACTU] Le racisme aux Etats-Unis, des décennies de lutte grande

Le meurtre de George Floyd a fait émergé un véritable mouvement de lutte contre le racisme aux USA. Etu Actu revient alors sur la question !

Très vite devenue virale, la vidéo du meurtre de George Floyd apparaît comme le déclencheur d’un véritable mouvement de lutte contre le racisme. Etu Actu fait ainsi le point sur la situation des USA !

Le 25 mai dernier dans les rues de Minneapolis, George Floyd a donc perdu la vie par asphyxie sous le poids d’un policier.

Filmée, la scène d’une extrême violence a alors très vite fait le tour de la Toile, révoltant ainsi les internautes.

Un mouvement de lutte contre le racisme a alors vu le jour aux USA, avant de s’étendre par-delà les frontières.

Depuis, le procureur a donc inculpé Derek Chauvin pour homicide volontaire. Mais revenons sur la sombre histoire du racisme aux USA.

C’est à la fin de la guerre de Sécession, en 1865, que le 13ème amendement est ratifié. Celui-ci marque ainsi la fin de l’esclavage.

Cependant, cela ne semble pas plaire à tout le monde… Le Ku Klux Klan voit alors le jour l’année suivante.

Le racisme aux USA, une histoire sans fin

10 ans plus tard, certains Etats du Sud légalisent alors la ségrégation. Les lois Jim Crow imposent ainsi une séparation entre les blancs et les noirs.

Ces derniers ne partagent donc pas les mêmes transports, écoles et toilettes. Rien que ça !

Il faudra alors attendre 1962 aux USA pour qu’un noir devienne un étudiant à part entière au sein d’un campus.

Mais ce dernier sera ainsi protégé par les agents fédéraux durant toute sa scolarité. Non, vous ne rêvez pas.

C’est en 1964 que Lyndon B. Johnson, président des USA, ratifie alors le Civil Right Act. Ce dernier marque donc la fin de la ségrégation.

Pourtant, celle-ci persiste dans certains Etats. Le slogan Black Lives Matter apparaît alors en 2013.

Le mouvement dénonce ainsi la mort des noirs, tombés sous les balles des forces de l’ordre.