fbpx
Campus
Partager sur

Etats-Unis: le port d’ armes dans les universités fait débat

Etats-Unis: le port d’ armes dans les universités fait débat

La loi sur le port d' armes dans les universités du Texas est entrée en vigueur le 1er août. Mais le projet fait encore débat.

Le 1er août 1966, Charles Whitman, ancien marine de l’armée américaine tuait quatorze personnes et faisait une trentaine de blessés avant d’être abattu par les forces de police. C’était la première tuerie de masse d’après-guerre.

Coïncidence entre le port d’ armes et la commémoration au Texas

Selon un porte-parole de l’université d’Etat d’Austin, c’est le 1er août que la loi qui autorise le port des armes dans les universités publiques de l’Etat du Texas est officiellement entrée en vigueur, soit la même date que la première tuerie de masse en université… Pourtant, pendant des mois dans la ville d’Austin, professeurs et étudiants se sont mobilisés et ont fait campagne pour lutter contre ce projet de loi, qui finalement est passé.

Alors que plusieurs personnes se réunissaient pour commémorer la tuerie, les opposants ont organisé un atelier dédié aux questions liées à la sécurité personnelle. Lisa Moore est professeure à l’université d’Etat, et fait partie de ceux qui ont lancé un recours ainsi que des poursuites devant la cour fédérale pour tenter de bloquer la loi sur le port d’armes légalisé dans les universités. D’après nos confrères du Monde qui ont repris les déclarations au Texas Tribune, il s’agit selon elle de « rappeler que la majorité des gens, sur ce campus, restent hostiles à la présence d’armes à feu. Et d’essayer de canaliser notre colère et nos craintes ».

1% des étudiants sont concernés par le port d’ armes au Texas

Le quotidien de la ville du Texas : Austin American-Statesman affirmait dans ses colonnes à la veille de l’entrée en vigueur de la loi, que le dispositif légal concernait uniquement les étudiants majeurs (de plus de 21 ans), qui sont déjà titulaires d’un permis de port d’ armes, et ces personnes ne pourront pénétrer dans les campus qu’avec des armes de poing. Cela concernerait donc seulement 1% des étudiants. Les armes ont toujours été tolérées, mais jamais acceptées à l’intérieur des bâtiments.

« C’est une question de sécurité personnelle »

Antonia Okafor, porte-parole d’une association d’étudiants favorables à la loi s’est confiée au Wall Street Journal, ses propos ont été repris par nos confrères du Monde : « Pourquoi un étudiant pourrait-il se rendre dans une salle de cinéma le vendredi, dans un centre commercial le samedi et dans une église le dimanche en portant une arme dissimulée, mais ne pourrait plus le faire le lundi quand il se rend dans son université ? ». D’après elle, cela permettra aux étudiants de se protéger sur le campus, et a ajouté que « c’est une question de sécurité personnelle ».