fbpx
Campus
Partager sur

Etats-Unis: une étudiante célèbre son diplôme entourée de toutes ses dettes

Etats-Unis: une étudiante célèbre son diplôme entourée de toutes ses dettes

Une étudiante américaine a décidé de poser chez un photographe entourée de toutes ses dettes pour montrer le coût trop important des études aux Etats-Unis.

Une étudiante américaine a fêté son diplôme et ses études réussies d’une manière peu banale. Si habituellement, les néo-diplômés fêtent ça d’une manière classique en faisant la fête, Maigan Kennedy qui vient d’obtenir son diplôme de l’université de Caroline du Nord aux Etats-Unis, a décidé de poser devant l’objectif de son ami photographe, Areon Mobasher, entourée de toutes les factures qu’elle a cumulé lors de ses études. Sur chacune de ses factures est estampillé le mot « Overdue », soit le terme anglais pour « Impayé ». Une façon de montrer« le malaise des étudiants américains non-boursiers qui doivent se ruiner avant même de gagner leur vie, pour financer leurs études ».

L’étudiante n’est pas un cas isolé

Au site Mashable, l’étudiante explique que j« e savais que je voulais prendre des photos pour célébrer l’obtention de mon diplôme. Mais celles-ci ne pouvaient pas juste être des clichés typiques que l’on a l’habitude de voir pour ce genre d’occasion, je suis trop fofolle pour ça. Je voulais m’exprimer de la manière qui me correspond le mieux: avec humour ». Et même si celle-ci en rigole, ce problème chez les étudiants américains est récurrent et surtout très fréquent. « Tous mes amis se sont endettés pour étudier à l’université », explique l’étudiante qui ajoute : « je dirais que la mise en scène était un mélange de comédie et de regard critique sur la difficulté de financer ses études aux Etats-Unis ».

La dette est un passage obligé pour les classes moyennes

Car oui, en effet, les dettes des étudiants américains sont de plus en plus grosses. Aujourd’hui, elles dépasseraient les 1000 milliards de dollars, soit presque de la même somme que la totalité des impôts versés par les contribuables français chaque année. Dans un reportage de Gallagher Fenwick et Philip Crowther sur France 24 diffusé le 30 avril dernier, il est expliqué qu’« aux États-Unis, si les études universitaires demeurent un rêve pour les moins aisés, c’est presque un passage obligé pour les enfants de la classe moyenne et les plus aisés. Or, pour des millions de personnes, cet idéal a viré au cauchemar financier. Contrairement aux salaires, les frais de scolarité ne cessent d’augmenter et par conséquent, les emprunts à la banque aussi. Selon les organismes chargés de surveiller la dette étudiante, celle-ci s’élèverait désormais à plus de mille milliards de dollars ».