fbpx
Campus
Partager sur

Erasmus: enquête sur l’accession au logement dans les pays européens

Erasmus: enquête sur l'accession en logement dans les pays européens
Partager
Partager sur Facebook

Comment se loger quand on est étudiant Erasmus ? La question se pose souvent, et en France ce n'est pas la chose la plus simple.

Erasmus est de plus en plus un moyen de faire ses études. En effet, de plus en plus d’étudiants se tournent vers les autres pays européens pour passer une année d’études voire un semestre à l’étranger. Mais si l’image d’Epinal d’Erasmus laisse surtout sous-entendre de nombreuses fêtes et une année de plaisir, ce n’est pourtant pas le cas. Premier contrepoint, le logement. Car qui dit études à l’étranger, dit forcément recherche de logement. Et pour ça, tous les pays ne sont pas égaux. C’est pour cela que Uniplaces, le portail de location de logements étudiants en Europe, a réalisé une étude baptisé HousErasmus+ sur l’accès aux logements.

Finlande, République Tchèque et Danemark : l’accès à la location étudiante compliqué

On savait certains pays accueillant, mais ce n’est pas toujours aussi simple. Selon l’enquête HousErasmus+, 85% des étudiants européens ayant choisi la Finlande comme pays d’études pendant leur cursus ont dû déposer une garantie pour accéder à leur logement. Couplée à la nécessité de fournir une preuve d’emploi ou d’inscription à la fac pour 46,1% d’entre eux.

Même constat chez la République Tchèque. Le pays exige une preuve d’emploi et d’inscription à l’université dans 35% des cas. Ce qui, avec 83% d’entre eux ayant dû déposer une garantie, fait de Prague un autre pays européen où l’accès au logement étudiant n’est pas aisé.

On retrouve aussi le Danemark. Le pays exige cette condition auprès de plus de 80% des étudiants.

France : garants et preuve d’inscription à l’université en Erasmus voire emploi indispensables

La France n’est pas non plus facile pour les étudiants en Erasmus. C’est est la destination étudiante où est demandé le plus grand nombre de garanties. Non seulement le premier loyer et un dépôt de garantie doivent être payés (73,1% des cas). Mais également une demande de garant (23,75% des cas), ce qui fait de cette condition la plus élevée en Europe.

A cela s’ajoute le fait que l’étudiant doit fournir des documents prouvant un emploi ou une inscription à l’université dans 53% des cas. Ce qui est également le taux le plus élevé en Europe.

Allemagne : travailler et/ou être étudiant assidu obligatoire

Deuxième plus grand pays accueillant des étudiants Erasmus, l’Allemagne est également exigeante en termes de contrats locatifs. Ceux qui s’y rendent pour leurs études garderont à l’esprit que 77% doivent déposer une garantie. Si les garants ne sont pas beaucoup demandés (5% en général), l’Allemagne est le pays européen où la preuve d’emploi ou d’inscription à l’université est la plus élevée. On dénombre 46,4% des étudiants qui doivent en apporter la justification.

Espagne, Italie et Pologne de plus en plus exigeants

En Espagne, selon les données recueillies par Uniplaces, 70% de ceux qui ont signé un bail ont dû faire face au paiement d’un dépôt de garantie. De plus, près de 11% ont dû fournir des documents attestant qu’il ou elle était employée ou inscrite à l’université. Et 25% à devoir fournir à la fois dépôt de garantie. Cela accompagné de garant et d’une preuve d’emploi ou d’inscription à l’université.

En Italie et en Pologne, la tendance est la même qu’en Espagne. Même si deux fois plus d’étudiants doivent prouver d’un revenu au travail ou d’une inscription valide à la fac (autour de 20%).

Royaume-Uni : avant le Brexit, le pays assez facile d’accès pour les étudiants

Londres est populaire et il n’est pas simple pour les étudiants d’y trouver un logement étudiant. C’est d’ailleurs surtout en termes de demande de garant que le Royaume-Uni tente de se préserver des mauvais payeurs. En effet, 11% des propriétaires demandent un garant du pays d’origine ou du pays de destination. Ils sont 6,4% à exiger une caution locale. Du côté des dépôts de garantie, 60% des étudiants sondés ont dû y soustraire.