fbpx
Campus
Partager sur

Emploi: lutter contre le chômage par les industries culturelles et créatives

Emploi: lutter contre le chômage par les industries culturelles et créatives

Les industries culturelles et créatives sont-elles le moyen de lutter contre le chômage des jeunes ? C'est ce que pense Daniel Findikian dans une tribune.

Arts graphiques, musique, cinéma, télévision, la radio, presse, édition et jeu vidéo… Tout ces corps de métier sont en pleine expansion en France. Au coeur de la vie des Français, ils représentent 1,3 million d’emplois en France. Et force est de constater que ces emplois sont une force notamment, car ils ne peuvent pas être délocalisés. Mais ce fournisseur d’emplois est souvent trop sous-estimé dans les formations des jeunes alors que ce serait un de levier de lutte contre le chômage des jeunes qui touche presque un quart de la population de moins de 25 ans.

Plus de 1000 métiers déifférents pour lutter contre le chômage des jeunes

La France possède une tradition de soutien aux industries jugées stratégiques. C’est ainsi le cas de l’aéronautique, de l’industrie pharmaceutique, ou du tourisme par exemple, explique Daniel Findikian, co-fondateur d’EMIC (Ecole de Management des Industries Créatives), dans une tribune. Selon lui, les métiers qui sont nécessaires dans ces filières représentent près de 1000 professions différentes. Ce qui est dix fois plus important que ceux de la finance et des banques.

Et ces emplois sont primordiaux dans la lutte contre le chômage des jeunes car ils sont occupés à 47% par des moins de 40 ans. Ce qui représente 3% de plus que la moyenne nationale dans tous les autres corps de métier. Mais c’st de là que vient le problème. La formation. En effet, si les jeunes sont de plus en plus attirés par ces métiers passion, rare sont les formations complètes et innovantes qui leur sont proposés.

Selon Daniel Findikian, « le corps professoral demeure encore en grande majorité académique ». Ce qui induit un manque de formation professionnalisante. Une méconnaissance du secteur extrêmement pénalisante pour les jeunes qui souhaitent se former à un métier.

Mettre en avant un nouveau système de formation pour les jeunes

Mais il existe un moyen de développer le secteur des industries culturelles et créatives. Selon lui, la première initiative serait la mise en place de l’apprentissage learning by doing. En effet, laisser les jeunes apprendre sur le tas, car c’est le meilleur moyen de se faire une formation professionnelle qualitative. Ce qui rejoint aussi à développer l’engagement et l’autonomie des étudiants. Et pour conclure, travailler sur les soft skills. C’est à dire sur les qualités humaines et relationnelles.

Le seul et unique objectif de la tribune de Daniel Findikian et de développer les métiers des industries culturelles et créatives. Le meilleur moyen, selon lui, de lutter contre le chômage des jeunes. « Les industries culturelles et créatives sont une chance pour notre pays, pour l’emploi des jeunes générations. Soutenons ces secteurs et développons leur potentiel économique et social », écrit-il en conclusion.