fbpx
Campus
Partager sur

Emploi : 3 étudiants de grandes écoles sur 4 ont un CDI

Emploi : 3 étudiants de grandes écoles sur 4 ont un CDI

Mercredi 15 juin, les grandes écoles ont tenu une conférence sur l’insertion des étudiants à la fin de leur diplôme et leur capacité à décrocher un CDI. Une étude globale a été publiée.

Nul ne s’étonnera d’apprendre que le taux d’insertion des étudiants (sortants de grandes écoles) est en augmentation chaque année, tout comme leur salaire moyen. Une forte majorité de ces étudiants débarque sur le marché du travail en trouvant rapidement un CDI. Revenons sur quelques-uns des chiffres de l’étude réalisée auprès des étudiants des trois dernières promotions de 173 grandes écoles.

Le taux d’emploi à la sortie d’études augmente

Le taux d’embauche à six mois a augmenté de trois points cette année en comparaison de l’année précédente pour s’établir à 83%. L’étude révèle que 93% des étudiants ont un emploi dans les 6 à 18 mois après l’obtention de leur diplôme. Le taux grimpe à 95% pour ceux qui l’ont obtenu dans les 24 à 30 mois. 76,9% des étudiants sont engagés en CDI, contre 73,8% l’année dernière, une hausse de trois points relativement importante alors que le CDI semble de moins en moins accessible. Selon la DARES, (Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques) 87% des nouvelles embauches se font en CDD pour tous les étudiants de toutes les écoles. L’étude montre que les stages ont des bienfaits fondés sur l’embauche en CDI. Un étudiant sur trois (35%) a trouvé son premier emploi grâce à son stage de fin d’études.

Le salaire moyen augmente en CDI, conséquence sur la fuite des cerveaux

Un autre signe encourageant pour ces étudiants. Le salaire brut moyen annuel augmente par rapport à l’année précédente. Il s’établit à 33 542 €, contre 32 962 € en 2015. Quant au salaire brut moyen avec les primes, il passe de 35 983 € en 2015, à 36 516 € en 2016. Une augmentation qui séduit sans doute ceux qui souhaitaient s’expatrier après l’obtention de leur diplôme. Et pour cause, en 2015, 17,6% de diplômés s’étaient expatriés à l’étranger, contre 16,6% en 2016.

Une étude qui occulte certaines parties

Tout semble alléchant pour les futurs diplômés. Néanmoins, tout n’est pas rose à la sortie des grandes écoles. On constate que le nombre de diplômés entrepreneurs diminue, passant de seulement 4% en 2015 à 3,5% cette année. Par ailleurs, les disparités hommes/femmes perdurent toujours. Les femmes ne représentent que 36,8% des effectifs étudiants contre 35% il y a 15 ans, une augmentation trop légère. De même, la proportion en CDI et le salaire brut annuel des femmes restent inférieurs à ceux des hommes. En effet, la rémunération des femmes ingénieurs est 5% inférieure à celle des hommes. Et le salaire des femmes ingénieurs est inférieur de 6%. En revanche, si en moyenne, les femmes gagnent 8% de moins que les hommes, cet écart se ressert à 2% dans les grandes entreprises qui recherchent beaucoup des étudiants sortants de grandes écoles.