fbpx
Campus
Partager sur

École de commerce: un étudiant fait une mauvaise blague sur les nazis et finit en conseil de discipline !

École de commerce: un étudiant fait une mauvaise blague sur les nazis et finit en conseil de discipline !

A Strasbourg, un étudiant a fait une page Facebook faisant l'apologie du Nazisme. Il a été convoqué et sanctionné par son établissement encore sous le choc

Décidement, les étudiants, ne manquent pas d’idées brillantes. Après la soirée au thème douteux, à Strasbourg, un étudiant fait une blague sur les nazis sur Facebook.

Un étudiant fait une page Nazie à Strasbourg pour l’élection des BDE

Toujours en France. A Strasbourg cette fois ci. Un étudiant a décidé de créer une page Facebook au salut Hiltérien. Il a mentionné « Waffen SS » et ajouté EM, pour Ecole de management où il est étudiant. Ces pages Facebook fleurissent durant les élections des syndicats étudiants. Mais, là, il faut dire que l’humour est un peu poussé.

L’école de management de Strasbourg n’a pas manqué de convoquer l’étudiant qui a du répondre de son acte. Il voulait se présenter au Bureau des Sports de son établissement. Malheureusement pour lui, l’Ecole de Management de Strasbourg s’est étroitement rapprochée de la LICRA, et l’a aussi envoyé en conseil de discipline.

L’école de Management de Strasbourg sous le choc de la mauvaise blague d’un étudiant

Herbert Castéran, le directeur de l’école, a déclaré qu’il était impossible d’accepter de tels débordements au sein de son établissement. « Si la liberté d’expression est un droit fondamental, elle ne saurait s’exercer sans certaines restrictions » a-t-il ajouté.
En effet, l’école a commencé a organiser des réunions spéciales en lien avec la LICRA pour sensibiliser les étudiants. Une initiative importante, car selon le directeur, tout d’abord : « La bêtise peut s’exprimer de mille façons différentes.

Si elle choisit de s’exprimer de cette manière, c’est qu’il y a un background conscient ou inconscient d’opinions haineuses ». Donc, toutes les promotions auront le droit à des cours spéciaux dans ce but précis. La page Facebook de cet étudiant franco-allemand avait comme sous-titre « Notre objectif : Bruler les listes adverses ».