Campus
Partager sur

Droits des lycéens: la transparence de l’ algorithme de l’APB est demandée par l’association

Droits des lycéens: la transparence de l’ algorithme de l’APB est demandée par l’association
Partager
Partager sur Facebook

L'association Droits des lycéens réclame la transparence sur l'algorithme d'Admission Post Bac. La raison : elle suspecte ses critères d'être illégaux.

L’association Droits des lycées doute de l’efficacité de l’algorithme de l’Education Nationale, selon eux, l’attribution des licences en tension via la plate­forme APB serait soumise à une sélection illégale. Une suspicion renforcée par le silence du gouvernement sur la question de cet algorithme de l’APB après l’envoie de leur premier courrier adressé au ministère de l’Éducation Nationale en mars dernier. L’organisation lycéenne, qui a saisi la Cada (Comission nationale d’accès aux douments administratifs), souhaite rencontrer les responsables avant le 31 mai, date limite pour classer les voeux sur le portail.

Les points en tension concernant l’algorithme de l’APB

Dans les filières à forte demande comme le droit, la psychologie ou encore les STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), l’association émet des soupçons concernant les critères de sélection. En outre, l’obligation d’un minimum de 6 voeux de licences pour les habitants d’Île­-de-France, leur pose également problème. La démarche vise essentiellement à informer les étudiants. Comme l’explique Clément, le président de l’association, à L’Étudiant, « de nombreux lycéens ignorent encore que s’ils mettent une filière en tension en voeu 2, après une classe prépa par exemple, ils n’ont quasiment aucune chance d’avoir une proposition d’admission, car la formation se remplit rien qu’avec les voeux 1 ». La demande est donc simple, comme l’avait promis Thierry Mandon, secrétaire d’État au ministère de l’Éducation Nationale en décembre 2015, l’association Droits des lycéens demande une transparence complète sur l’algorithme qui régit l’avenir des étudiants.

Une démarche soutenue

La demande a reçu notamment le soutient bénévole de différents professionnels de l’opendata pour vérifier la légalité de l’algorithme. La député EELV du Calvados, Isabelle Attard, quant à elle, a annoncé déposer une question au journal officiel du ministère de l’Éducation Nationale. Une fois que l’algorithme sera rendu public, l’association ne compte pas en rester là. La publication d’un guide pour aider les candidats à contester les résultats est prévu pour le mois de juin. L’organisation lycéenne menace également de faire appel au juge administratif, si les résultats ne sont pas suffisamment explicite selon ses propres critères. Selon le président de l’association, l’objectif est d’« éviter que des étudiants se retrouvent dans une voie non désirée sous prétexte qu’ils avaient mal ordonné leurs voeux ».