fbpx
Campus
Partager sur

Des dirigeants trop négatifs sur la vision des jeunes de l’entreprise selon un sondage AGEFA PME-Opinion Way

Des dirigeants trop négatifs sur la vision des jeunes de l’entreprise selon un sondage AGEFA PME-Opinion Way

Les dirigeants pensaient tout savoir sur la vision des jeunes de l'entreprise, mais il se sont trompés !

AGEFA PME, la structure de la CGPME dédiée à l’enseignement professionnel dont l’apprentissage, publie en partenariat avec Opinion Way*, un sondage sur le regard porté par les dirigeants sur la relation des jeunes à l’entreprise. Une étude à mettre en parallèle avec le regard des jeunes sur l’entreprise « l’entreprise idéale » réalisée en Avril 2015** qui montre aussi de nombreuses convergences et le besoin de dialogue.

L’entreprise: Les dirigeants se trompent

Interrogés sur l’image qu’ont les jeunes des entreprises, les dirigeants se trompent lourdement et sont particulièrement négatifs. 41% seulement estiment que les jeunes en ont une bonne image alors que les jeunes étaient 81% (étude « l’entreprise idéale » réalisée en avril 2015) à nous déclarer avoir une bonne image des entreprises dans notre pays. Un différentiel de 40 points qui témoigne du décalage entre réalité et perception des jeunes. Pour expliquer cette impression négative, les dirigeants pointent du doigt les mauvaises pratiques de certaines entreprises qui entretiennent la mauvaise image véhiculée notamment par les médias. En revanche, la perception de plus des deux-tiers des dirigeants selon laquelle les jeunes ont une image négative des patrons se vérifie puisque, 46% des jeunes seulement déclarent en avoir une bonne image. Là encore, cette mauvaise image est due, selon eux, au rôle des médias et au maintien de stéréotypes (profit, exploitation, argent…).

L’entreprise: Les faiblesses des jeunes

85 % des dirigeants interrogés estiment que les jeunes en apprentissage ont une facilité d’adaptation supérieure à ceux qui n’ont pas suivi de formation en apprentissage. Interrogés sur les principaux atouts des jeunes et leurs faiblesses au travail, les dirigeants mettent largement en avant leur maîtrise et leur intérêt pour les nouvelles technologies, viennent dans un second temps leur sens de la débrouillardise et leur ouverture sur le monde. A contrario, les principales faiblesses des jeunes au travail sont leur rapport à l’autorité et un sens du devoir/sacrifice moins prononcé. Les deux-tiers des dirigeants estiment que les entreprises laissent leur chance aux jeunes et qu’elles sont adaptées à leur époque. Ils sont un peu plus critiques sur le temps que les entreprises consacrent à la formation des jeunes ou leur participation dans la vie éducative dans notre pays. Les jeunes sont plus négatifs que les dirigeants et une majorité d’entre eux estiment que les entreprises ne leur font pas suffisamment confiance.

Les jeunes s’accordent enfin avec l’entreprise

Entreprises et jeunes s’accordent enfin sur le fait que le fonctionnement des entreprises n’est pas forcément adapté à la nouvelle génération. 51% seulement des dirigeants interrogés (47% chez les jeunes) considèrent que le modèle actuel est adapté à la jeune génération. Une adaptation relative que les dirigeants mettent plutôt sur le dos des jeunes qu’ils jugent manquant de rigueur même si certains estiment que les entreprises font les efforts nécessaires et sont à leur écoute (nouvelles technologies, formations…). * Enquête
 réalisée
 auprès
 d’un
 échantillon
 représentatif
 de
 402
 dirigeants
 d’entreprise
 du
 18