fbpx
Campus
Partager sur

Le coût de la vie étudiante continue d’augmenter à la rentrée

amphitheatre-universite

Selon un rapport publié vendredi par l'Unef (Union nationale des étudiants de France), le coût de la vie étudiante a augmenté de 1,1% par rapport à la rentrée dernière. Au micro de RTL, William Martinet s'est inquiété de l'augmentation de la précarité étudiante et demande des mesures concrètes pour lutter contre celle-ci.

Selon un rapport publié vendredi par l’Unef (Union nationale des étudiants de France), le coût de la vie étudiante a augmenté de 1,1% par rapport à la rentrée dernière, soit cinq fois plus rapidement que l’inflation ! Au micro de RTL, William Martinet, le président de l’UNEF s’alarme de cette situation : « Les comptes des étudiants sont dans le rouge […] Les études sont devenues un luxe ! ». Depuis le début du quinquennat de François Hollande, le coût de la vie étudiante a augmenté de 8,4%, réduisant considérablement le pouvoir d’achat des étudiants.

Paris plutôt« épargnée », la Province en nette hausse

Malgré l’encadrement des loyers prévu par la loi Alur ainsi que la réduction des prix des transports avec le passe Navigo à tarif unique, la capitale reste la ville étudiante la plus chère. Selon Boursier.com, le prix moyen d’un logement à Paris n’a pas changé sur un an, il serait de 795 euros.

En Province, le coût de la vie étudiante est en nette hausse. En effet, dans le reste du pays, « les étudiants sont les plus pénalisés puisqu’il font les frais à la fois des hausses des loyers et d’augmentations significatives du prix des transports », détaille le rapport. Et d’ajouter : « Les étudiants qui habitent hors d’Ile-de-France payent le refus du gouvernement d’encadrer les loyers dans les principales villes universitaires »

Augmentation de la sécu et de l’électricité

L’augmentation des tarifs réglementés touche l’ensemble des étudiants, que ce soit la sécurité sociale (+0,9%), les restaurants universitaires (+1,6%) ou bien EDF qui voit ses tarifs augmentés de 7%,  après deux augmentation. Depuis l’arrivée de François Hollande au pouvoir il y a trois ans, le coût de la vie étudiante a connu un bond de 8,4% soit 800 euros par mois en moyenne pour un étudiant ayant son propre logement.

Inquiet de cette situation, le syndicat réclame « un plan d’action social qui concerne l’ensemble de la vie étudiante et com­porte un investissement dans le système de bourses. » 

Pas de mesure sociale pour contrer cette hausse

Alors que la situation des étudiants devient de plus en plus précaire, le gouvernement n’a annoncé aucune mesure sociale pour remédier au problème. Les étudiants doivent la plupart du temps empiéter sur leur temps de révision pour combler leur dépense universitaire.

L’Unef souhaite un élargissement du système des bourses et sa revalorisation de 5%, un doublement des aides d’urgence à destination des étudiants autonomes de leurs parents, et un investissement dans le service public des CROUS pour lui permettre de remplir ses objectifs de construction de logement étudiant et garantir une restauration à tarif social.