Campus
Partager sur

Cannabis: un étudiant prêt à tout pour cacher son addiction à ses parents

Cannabis: un étudiant prêt à tout pour cacher son addiction à ses parents
Partager
Partager sur Facebook

Le cannabis au coeur d'un gros scandal qui impacte la compagnie Easy Jet. Une fausse alerte à la bombe déclanche la panique !

Le cannabis fait complètement perdre la tête. Un étudiant de Rennes en fait les frais et se fait même condamner par la justice ! Pour cacher à ses parents qu’il fume de la drogue, il déclenche la panique dans un avion de la compagnie Easy Jet. Et pas n’importe quelle panique : une alerte à la bombe retentit !

Tout commence le 18 janvier,un avion décolle de Lyon pour la ville de Rennes. 150 passagers sont à bord. Les pilotes décident de rebrousser leur parcours suite à un appel anonyme qui annonce la présence d’une bombe à l’intérieur même de l’appareil. Cet appel provoqua un arrêt complet du trafic aérien pendant 40 minutes. Évidemment ce n’était pas une réelle alerte à la bombe. Mais simplement un moyen de masquer sa délinquance.

Cannabis : le joint de trop

Car l’auteur de ce coup téléphonique est un jeune étudiant rennais de 23 ans à peine ! Il souhaitait cacher à ses parents qu’il fumait du cannabis, c’est pour cela qu’il lança une fausse alerte. Le tribunal correctionnel de Rennes l’entendit à la barre le mardi 21 mai 2019. Soit 4 mois après les faits. Les charges retenues contre lui sont « communication de fausses nouvelles compromettant la sécurité d’un aéronef en vol« .

Le tribunal correctionnel de Rennes le condamne à 9 mois de prison avec sursis. Avec aussi deux ans de mise à l’épreuve. La juge décide aussi de l’assigner à des soins pour lutter contre son addiction à la drogue. Car le jeune homme avoue qu’il fume très souvent. L’AFP rapporte ses propos : « Je passais ma journée quand je n’avais pas cours à fumer des joints. C’était deux jours parfaits où je n’avais pas d’obligation. » En voulant cacher ça à ses parents il s’est mis dans une situation assez burlesque.

Il doit aussi 1000 euros Rennes-Dinard et 1350 euros à celui de Lyon Saint-Exupéry. L’étudiant admet alors avec culpabilité que c’est « la plus grosse erreur » de sa vie. Les autorités l’ont retrouvé par son téléphone portable… Il avait appelé la compagnie en disant avant le départ du vol : « Écoutez-moi attentivement, l’avion Easyjet en provenance de Lyon vers Rennes ne décollera pas, sinon il explosera« …

Pour lire l’article au complet sur le Figaro étudiant c’est ici !

Crédit photo : Easy jet