Campus
Partager sur

Campus: Pourquoi Muriel Pénicaud (ministre du travail) veut-elle développer l’apprentissage ?

Campus: Pourquoi Muriel Pénicaud (ministre du travail) veut-elle développer l'apprentissage ?
Partager
Partager sur Facebook

Lors d’une interview réalisée par letudiant.fr, la ministre du travail, Muriel Pénicaud explique en quoi va consister la réforme de l'apprentissage.

Tout d’abord, concernant l’apprentissage, elle souhaite mettre en place une information “éclairée” au moment de l’orientation pour tous les jeunes, c’est à dire pour les élèves en troisième, niveau bac, mais aussi après le bac !

Dans l’immédiat, quelle est la priorité de la ministre ?

Lorsqu’on l’interroge sur les moyens qu’elle dispose pour mettre en place cette première mesure sur l’apprentissage, elle répond: “ en publiant pour telle filière le taux d’accès au diplôme, le taux d’insertion dans l’emploi et éventuellement le montant du premier salaire. Et là certains vont avoir des surprises ! Ils s’apercevront qu’un soudeur ou un chaudronnier dans l’aéronautique gagne très bien sa vie !”.

De plus, comme grosse nouveauté, la ministre souhaite construire des passerelles en lien avec l’apprentissage.
En fait, ces passerelles consistent à permettre à des élèves de directement passer un CAP lorsqu’il le souhaite, puis passer le bac lorsqu’il est prêt.

En bref, ne pas avoir un parcours type, et ainsi personnaliser au mieux les envies des jeunes.

D’autres réformes à venir

D’autre part, la ministre aimerait qu’à l’avenir, l’apprentissage soit “moins rigides”: “Vous signez un contrat d’apprentissage entre septembre et décembre et si l’employeur ou le jeune rompe le contrat ou si le jeune n’a trouvé son entreprise qu’en janvier, il faut la rentrée suivante pour entrer en formation. C’est un système trop rigide qui fait attendre perdre une année au jeune et de fait, son projet professionnel se dissout.” s’exprime-t-elle.

La ministre envisage donc que l’on puisse entrer en apprentissage tout au long de l’année.

Ensuite, la ministre aborde le sujet du recrutement. Elle reconnaît que beaucoup d’étudiants en apprentissage peinent à trouver un employeur car ils connaissent mal le secteur.

Du côté de l’entreprise, c’est tout aussi difficile ! Selon la ministre, les entreprises ne trouvent pas assez d’apprentis.

Enfin, concernant la rémunération, la ministre prévoit de revoir certains points ! Déjà, elle voudrait revoir les conditions d’hébergement et de transport !