Campus
Partager sur

Campus: de nombreux étudiants bloqués à Malte à cause du Covid-19 !

Campus: de nombreux étudiants bloqués à Malte à cause du Covid-19 !

A cause de la Covid-19, de nombreux étudiants se retrouvent bloqués à Malte. Le média RTBF.be a donné des infos au sujet de la situation !

La crise sanitaire aura chamboulé la vie de nombreux étudiants depuis des mois déjà. Et le moins que l’on puisse dire c’est que les choses ne semblent pas prêtes de s’arrêter. La Covid-19 bloque actuellement des jeunes à Malte.

Les étudiants vivent un enfer à Malte

Ce mercredi 14 juillet, Malte va fermer ses frontières à tous les voyageurs qui n’ont pas réalisé de vaccins. Alors que plusieurs étudiants sont partis là bas pour un séjour linguistique, ils se retrouvent bloqués.

D’après les autorités de Malte, les étudiants auraient provoqué une augmentation des cas de Covid-19 à cause de leur venue. Anaëlle, une étudiante interrogée par le média RTBF.be a fait des confidences sur cette situation.

Elle a raconté : « Au début, tout se passait bien. Mais rapidement, les autorités ont soupçonné des cas de Covid-19 parmi les étudiants français qui participaient au séjour. Ils les ont alors testés ».

« Et c’est là qu’on m’a appris qu’il y avait une étudiante positive. Elle partageait la même chambre que moi. Ils ont donc décrété que j’étais cas contact. Et que je devais rester enfermée dans ma chambre pour deux semaines de quarantaine ».

De son côté, la jeune étudiante n’a pas eu le droit de faire un test. Son papa, très en colère, ne comprend pas du tout comment Malte gère la situation. « Il faut rappeler qu’on parle d’enfants de 14 ou 15 ans ».

Le papa d’Anaëlle a poursuivi : « Ils ont été placés de force en quarantaine. Sans même prévenir les parents. Pas un mail ! Pas un coup de fil ! C’est ma fille qui m’a appelée pour m’expliquer ce qui se passait ».

Campus: de nombreux étudiants bloqués à Malte à cause du Covid-19 !

« On n’avait rien à manger »

Le papa d’Anaëlle a raconté à RTBF.be : « On peut comprendre la mesure sanitaire mais il faut aussi tenir compte de la santé mentale de ces étudiants. Pourquoi ne pas avoir organisé un rapatriement ? ».

La jeune femme a très mal vécu cette situation. « Le premier jour, j’ai pleuré pendant toute la journée ». Elle a aussi raconté les conditions dans lesquelles elle a vécu pendant plusieurs jours avec d’autres étudiants.

« L’eau du robinet n’était pas potable et on n’avait rien à manger. On a donc demandé au personnel de l’hôtel d’aller nous acheter des bouteilles d’eau et du pain ». Mais ce n’est pas tout.

Elle a raconté : « Mais comme on était considérés comme « cas contact » ils refusaient qu’on les paye en cash. Et nous n’avions pas de carte de crédit pour commander des repas aux services de livraison en ligne ».

Le papa de l’étudiante a donc pris les choses en main. Il a fait un test PCR pour se rendre à Malte avant de rapatrier sa fille. « Je n’ai prévenu personne. mais je n’avais aucune raison de la faire ».

Il a aussi expliqué à RTBF.be : « Personne ne m’a informé de la fin prématurée du stage de ma fille. Ni de sa mise en quarantaine. Elle va donc terminer sa quarantaine ici, en Belgique, avec sa famille. Dans des conditions bien meilleures que celles qui lui ont été imposées là-bas ».

Pour finir, la maman d’Anaëlle a avoué : « Nous sommes soulagés d’avoir retrouvé notre fille après ces quelques jours d’angoisse. Mais nous sommes très inquiets pour une de ses amies qui est toujours sur place« .

Afficher +