fbpx
Campus
Partager sur

Bourse étudiante: les étudiants québécois se marient pour l’obtenir !

En France, on connaît bien les échelons de la Bourse. Au Québec, les étudiants auraient trouvé une "combine" pour toucher ce précieux pécule.

OMG ! Se marier pour obtenir une bourse ? Il semble alors que des étudiants québécois n’aient pas eu d’autre solution pour s’acquitter de certaines dépenses pharamineuses. MCE TV vous dit tout de A à Z.

Parfois, les mariages ne sont pas toujours ceux que l’ont croit. Si pour beaucoup, cela s’avère alors être le plus beau jour de leur vie, pour d’autres, celui-ci s’est fait à la hâte.

Ainsi, certains étudiants ont dû se marier plus tôt que prévu pour avoir une bourse. On le sait, le système boursier en France s’acquiert sous certaines conditions de revenus.

Malgré la précarité dans laquelle ils vivent, des étudiants doivent se passer de ce pécule. Ils doivent alors trouver d’autres solutions de repli.

Tout comme cette histoire, racontée par Slate, évoquant le mariage précoce de deux étudiants. À 18 ans, un jeune homme a dû commencer à financer ses études tout seul.

Ce Québécois a par la suite rejoint sa petite amie. « Il avait beaucoup de dépenses, loyer, nourriture, frais d’école, et son emploi ne lui suffisait plus », a-t-elle raconté.

Bourse étudiante: les étudiants québécois se marient pour l’obtenir !
Bourse étudiante: les étudiants québécois se marient pour l’obtenir !

Bourse: des étudiants obligés de se marier à la hâte pour joindre les deux bouts

Tous deux avaient donc du mal à joindre les deux bouts. Cela étant, aucun d’eux n’était éligible à l’aide financière aux études, la bourse ou le fameux Crous québécois.

« On s’aimait, mais ce n’était pas que pour ça qu’on s’est mariés », raconte le jeune couple d’étudiants. Le mariage constituait alors un moyen de s’octroyer cette bourse !

Après cela, de nombreuses choses se sont débloquées pour ce duo. La bourse n’est octroyée aux étudiants que selon ces critères :

Être titulaire d’une licence, avoir un enfant à charge, avoir deux ans d’activité salariée dans études à côté, et bien entendu, être en union civile.

La jeune femme a emprunté une robe blanche à une amie, et le jeune étudiant a mis sa plus belle chemise. Un mariage sans prétention, qui leur a permis d’enfin joindre les deux bouts.

Aux grands maux, les grands remèdes… D’autant plus que ce couple ne semble pas faire exception.

En 2016, Statistique Canada recensait plus de 12 500 québécois de moins de 24 ans mariés ou divorcés. Des chiffres plutôt alarmants.