Campus
Partager sur

Blocage voté dans des universités de Rennes et Montpellier !

Blocage voté dans des universités de Rennes et Montpellier !
Partage
Partager sur Facebook

Dans deux universités, à Rennes et Montpellier, le blocage a été voté pour le 9 Octobre, le jour de la manifestation contre la politique du gouvenement.

Qui dit rentrée des classes, dit aussi « blocus ». Et les étudiants n’ont pas attendu plus d’un mois pour recommencer à bloquer. En effet, des assemblées générales ont eu lieu dans des universités. Il s’agit de Rennes 2 ainsi que de Paul Valéry à Montpellier. Les votes ont tranché : les étudiants de ces universités bloqueront le 9 Octobre. Jour de la manifestation intersyndicale contre la politique du gouvernement. MCE vous dit tout !

Blocage voté pour des universités de Rennes et Montpellier !

Cela n’aura donc pas mis beaucoup de temps à recommencer. Les blocages. La mobilisation des étudiants. Le 9 Octobre 2018 donc, les universités Rennes 2 et Paul Valéry (Montpellier) montreront leur mécontentement en bloquant leurs bâtiments. La raison ? Le étudiants profitent de la manifestation intersyndicale contre la politique du gouvernement qui aura lieu ce même jour. Ils s’opposent donc aux réformes de l’université du gouvernement Philippe.

Cette décision a été prise par les assemblées générales, à Rennes et Montpellier. À Paul Valéry, celle-ci a réuni 250 étudiants à cette « réunion », ce mercredi 3 Octobre. Les étudiants ont donc occupé un amphithéâtre, dans le but « d’organiser la lutte ». Ainsi que de menacer de nouveaux blocages dans ces universités.

Les étudiants appellent à la mobilisation dans ces universités !

Les membres des assemblées générales de ces universités souhaitent montrer le mouvement. En effet, ils souhaitent que tous les étudiants se mobilisent. Afin de pouvoir d’avantage se faire entendre.

«Nous appelons toutes les organisations qui sont opposées à l’arrêté licence à refuser de participer avec les gestionnaires de la misère à sa mise en application(…)toutes les organisations syndicales et politiques qui veulent combattre les contre-réformes du gouvernement, à mettre en place un véritable plan de bataille pour faire reculer Macron», déclarent-ils en un communiqué. Les étudiants qui partagent ces idées ont donc tout intérêt à participer. Et pour les autres, grasse mat’ !