Campus
Partager sur

Blocage des universités: Frédérique Vidal révèle le montant des dégâts !

Blocage des universités: Frédérique Vidal révèle le montant des dégâts !
Partage
Partager sur Facebook

Le blocage des universités faisait rage cette année suite à des changements de loi. D'ailleurs, la ministre Frédérique Vidal révèle le montant des dégâts.

Le blocage des universités faisait rage cette année suite à des changements de loi. D’ailleurs, la ministre Frédérique Vidal révèle le montant des dégâts.

On se rappelle des casseurs dans les universités lors des blocus cette année. Plusieurs dégâts on été causés. La ministre de l’enseignement supérieur, Frédérique Vidal, révèle le montant. MCE vous dit tout.

Le blocage des universités causait des dégâts

Après la reforme de l’université, plusieurs facultés se mobilisaient contre elle et bloquaient les établissements en mai dernier. Résultat, les élèves n’allaient plus en cours et certains partiels étaient annulés. De plus, on constate des dégradations. En effet, certains allaient un peu trop loin et cassaient.

Alors, la ministre de l’Enseignement, Frédérique Vidal, annonce le montant des dégâts engendrés. Celui-ci passe de 5 à 7 millions d’euros. De plus, elle déclare : « Je me suis engagée auprès des présidents d’universités de manière à ce que les bâtiments puissent être remis en l’état et remis en fonctionnement pour que la rentrée se déroule bien ».

Les dizaines d’extrémistes sont la raison des dégâts

Pourtant, ce ne sont pas la majorité des élèves qui semblait tout casser. En effet, seuls quelques casseurs semblent responsables des dégâts majeurs. Selon Frédérique Vidal, les dégradations ont été le « résultat de quelques dizaines d’extrémistes ». Elle déclare : « On a connu des occupations de bâtiments, on a connu des assemblées générales, on n’avait jamais vu des gens venir casser dans les universités ».

L’argent qui servira à réparer les dommages auraient pu servir à des pratiques pédagogiques plus intelligentes. En effet, la ministre des l’Enseignement supérieur déclare : « J’aurais préféré que cet argent permette de mettre en place de nouvelles pratiques pédagogiques ou permette des recrutements ». Cela aurait sûrement été plus intéressant, effectivement.